Encore plus de maïs au Canada

À l’image des États-Unis, l’année 2016 au Canada sera celle du maïs pour l’Est du pays. Les producteurs ont en effet l’intention d’ensemencer 6,2% de plus de maïs-grain cette année, en comparaison avec l’an dernier, rapporte Statistique Canada. Toutes les autres cultures connaissent un recul pour l’ensemble du Canada, ce qui est vrai pour le soya, le blé et le canola. L’orge et l’avoine devraient même décliner fortement. Les cultures de soya devraient par contre augmenter, mais de très peu, au Québec alors qu’elles font un bond de 10% au Manitoba.

Intentions d'ensemencement au Québec pour 2016. Source: Statistique Canada

Intentions d’ensemencement au Québec pour 2016.
Source: Statistique Canada

Intentions d'ensemencement au Canada pour 2016, en données impériales. Source: Statistique Canada

Intentions d’ensemencement au Canada pour 2016, en données impériales.
Source: Statistique Canada

Maïs

Comme le rapporte Statistique Canada, les intentions d’ensemencement de maïs-grain à l’échelle nationale sont en hausse de 6,2 % en 2016 à 3,5 millions d’acres. Au Québec, la superficie de maïs-grain devrait augmenter de 4,1 % pour s’établir à 939 000 acres. Les agriculteurs de l’Ontario s’attendent à semer 2,2 millions d’acres, ce qui représente une hausse de 4,6 % par rapport à 2015.

Soya

Les intentions pour le soya sont légèrement supérieures en 2016 au Québec à 783 300 acres de soya, soit une superficie supérieure de 0,6 % à celle de l’année précédente.

L’Ontario demeure la province ayant la plus grande superficie en soya, les agriculteurs prévoyant ensemencer 2,7 millions d’acres, ce qui est inférieures de 7,8 % par rapport à l’année dernière. Cette superficie correspond tout de même à environ la moitié des intentions d’ensemencement en soya au pays en 2016 qui totalisent  5,3 millions d’acres de soya, soit une superficie de 1,9 % inférieure à celle en 2015.

La popularité du soya dans l’ouest du pays se confirme avec une hausse de 10,1% des superficies d’ensemencement, soit un 1,5 million d’acres en comparaison avec 2015. La tendance est toutefois inverse en Saskatchewan où les intentions vis-à-vis le soya reculent de 9,3% à 245 000 acres.

Blé et canola

Le blé continue de gagner en popularité au Québec, que ce soit le blé de printemps ou d’hiver. La culture de canola serait aussi en hausse.

À l’échelle nationale, les agriculteurs ont déclaré avoir l’intention de semer 23,8 millions d’acres de blé en 2016, soit 1,1 % de moins qu’en 2015. Les intentions d’ensemencement de la superficie en blé ont diminué dans chacune des provinces des Prairies par rapport à 2015, tandis qu’elles ont augmenté dans l’Est. Les intentions d’ensemencement de blé de printemps s’établissent à 16,0 millions d’acres, ce qui représente une baisse de 1,0 million d’acres comparativement à 2015. La superficie de blé d’hiver restant à récolter devrait accroître de 31,6 % pour s’établir à 1,7 million d’acres en 2016.

Pour ce qui est du canola à l’échelle nationale, les superficies se situent à 19,3 millions d’acres en 2016, ce qui représente une baisse de 3,7 % par rapport à l’an dernier.

Orge et avoine

La superficie ensemencée d’orge devrait augmenter de 3,8 % par rapport à 2015 pour s’établir à 6,8 millions d’acres; 95 % des intentions d’ensemencement en orge provenaient des agriculteurs des Prairies.

Les intentions d’ensemencement en avoine en 2016 sont de 3,0 millions d’acres, en baisse de 10,9 % par rapport à 2015. Seule l’Alberta a déclaré une augmentation de la superficie d’avoine, les agriculteurs de la province prévoyant ensemencer 730 000 acres, soit 9,0 % de plus qu’en 2015.

Au Québec, les intentions de semis sont stables pour l’orge mais déclinent pour l’avoine à 200 000 acres, une première en cinq ans.

Source: Statistique Canada

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires