Fertilisation: le bon dosage

Le secret du rendement : une bonne fertilisation
Si le beau temps a permis à plusieurs de ressemer, il est temps de passer à autre chose dans les régions plus chaudes, soit la fertilisation. Les pousses de luzerne qui semblaient avoir bien survécu à l’hiver peinent maintenant à verdir en raison du temps froid et pluvieux de ce printemps 2014. Et si le pourcentage de graminées est intéressant dans les endroits où la légumineuse n’a pas survécue, l’apport d’azote est tout à fait approprié.

La ferme de recherche en productions végétales de La Coop fédérée à La Pocatière a mené des recherches sur le sujet. Les résultats démontrent que le rendement et le taux de protéine brute de la première coupe ont augmenté de façon significative avec la fertilisation azotée au printemps dans un mélange de brome hybride (12 kg/ha) et de fléole des prés (7 kg/ha).

fertilisation Coop

Un bon dosage

La dose d’azote optimale varie selon le potentiel de rendement des graminées (densité et espèce), le prix de l’azote et la valeur du foin*. La dose optimale d’azote sera de 160 kg/ha de N pour un champ à haut potentiel (10 T/ha), un coût de l’unité azotée de 1,47 $/kg (urée à 675 $/T) et une valeur du foin de 175 $/T.

parcelle fertilisée

La dose devrait être répartie en 2 à 3 apports au printemps et après les coupes (soit 65 kg/ha à 95 kg/ha au 1er apport selon la répartition prévue).

La qualité du foin est aussi très dépendante de la fertilisation azotée et soufrée, indispensable pour la synthèse des protéines :

• pour un rendement de 10 T/ha de foin à 18% de protéines la quantité d’azote assimilée sera de 288 kg/ha, soit 16 kg d’azote par % de protéine.
• Si l’on considère un équilibre azote / soufre de 1 pour 12 dans la plante1 alors 1.3 kg de soufre seront nécessaires par % de protéines (soit 24 kg/ha de soufre au total).

 

Article réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères: http://www.cqpf.ca/. Propos recueillis auprès de Benoit Fradin, de William Houde, et Brigitte Lapierre, conseillère en plantes fourragères à la Coop fédérée.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires