La FCA appuie la revendication pour la parité avec ses concurrents américains et européens

Ottawa (Ontario), 28 septembre 2000 – Le conseil d’administration de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) a décidé, lors de sa réunion de vendredi dernier, qu’un soutien agricole supplémentaire est nécessaire aux agriculteurs dont le revenu a fortement diminué en raison de la faiblesse des prix du marché causée par les avantages concurrentiels injustes. La FCA vise la parité avec le soutien dont bénéficient les agriculteurs de céréales et d’oléagineux aux États-Unis et en Europe.

« Les groupes agricoles veulent que les gouvernements prennent l’initiative dans ce domaine. Les agriculteurs font face à toute une série de reculs. Cette crise n’est pas finie et nos membres sont chaque jour de plus en plus frustrés. Les solutions nécessitent beaucoup de collaboration et de compréhension entre les représentants des gouvernements fédéral et provinciaux », a déclaré M. Bob Friesen, président de la FCA.

La FCA et ses membres ont lutté âprement pour obtenir des fonds supplémentaires en vue d’aider ses producteurs. Au cours de la dernière semaine, ce message était aussi évident à la Fédération de l’agriculture de l’Ontario ainsi que dans les pressions intenses exercées par ses membres producteurs.

Dans une allocution prononcée devant les membres du caucus rural libéral à Winnipeg le mois dernier, M. Friesen a décrit la frustration constante qui entoure le soutien agricole interne du Canada. Bien que la FCA reconnaisse les efforts déployés récemment par le gouvernement pour aider les agriculteurs aux prises avec des difficultés, la dernière entente fédérale-provinciale risque de miner sérieusement la capacité d’établir des programmes adéquats.

« Jusqu’à ce jour, notre préoccupation constante a été d’établir des programmes crédibles, mais chaque fois que nous nous retournons, nous faisons face à des tentatives de rationaliser notre système. Après la réunion des ministres de l’Agriculture, en juillet, la FCA a émis l’avertissement à l’effet que les agriculteurs avaient besoin d’un programme de sécurité du revenu agricole crédible pour pouvoir concurrencer sur les marchés mondiaux, mais notre avis a été rejeté », a rappelé M. Friesen.

Le soutien interne demeure honteusement bas comparativement à celui des États-Unis et de l’Europe. En 1997, pour chaque dollar dépensé par les Canadiens en soutien agricole, les Américains en dépensaient 2,06 dollars, les résidants de l’Union européenne, 2,14 dollars, et les Japonais, 3,47 dollars.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires