Les marchés américains sur le qui-vive

Les indices boursiers ont affiché vendredi leur 8e journée de déclin de suite, la plus longue série négative depuis 2008. La bourse de Chicago n’échappe pas à cette tendance. Les marchés réagissent à une possible élection aux États-Unis du candidat républicain à la présidence Donald Trump. Ce dernier est considéré plus à risque pour l’économie américaine en raison de ses politiques protectionnismes qui remettent en question plusieurs traités de libre-échange, comme celui de l’ALENA, tout en promettant de restreindre les importations provenant de divers pays, comme la Chine et le Mexique. Un endettement lié à des dépenses importantes en défense risquerait de fragiliser le budget du pays et augmenter son endettement. La personnalité jugée plus imprévisible de Trump joue aussi dans l’équation.

L’indice de volatilité a d’ailleurs atteint un sommet dans la dernière semaine. Le dollar américain a également perdu des plumes face aux autres devises face à cette éventualité.

L’incertitude ambiante sur les marchés favorise certains secteurs. C’est le cas pour les valeurs refuges comme l’or qui devrait s’apprécier au lendemain des élections et encore plus avec une possible victoire de Donald Trump. Les denrées de base, comme ceux liés à l’alimentation, devraient entrent aussi dans cette catégorie puisque les investisseurs chercheront les biens comportant le moins de risque. Le pétrole est l’exception dans cette catégorie puisque la valeur du baril de pétrole est considérée trop faible pour gagner beaucoup en valeur. Les autres biens industriels et plus risqués devraient reculer à la suite des élections.

Les impacts à plus long terme sont difficiles à analyser en cas de victoire du camps répubicain. Plusieurs économistes s’attendent à ce que les politiques républicaines soient revues à la suite d’une élection favorable pour en arrondir les angles. Cela dépendra aussi des décisions prises à la Maison Blanche et leur impact sur la croissance, l’inflation et les taux d’intérêt. L’incertitude devrait toutefois amener la Réserve fédérale à plus de prudence et garder les taux d’intérêt faibles, ce qui ferait diminuer le dollar américain face aux autres devises. Les denrées de base devraient profiter de ce contexte incertain.

L’incertitude est considérée beaucoup moins grande dans le cas d’une victoire d’Hilary Clinton. Ses promesses économiques sont plus détaillées et connues. Peu de changements sont considérés, sauf en ce qui a trait aux échanges commerciaux comme le traité de libre-échange Transpacifique sur lequel la candidate a indiqué son désaccord.

Source: Radio-Canada, MarketWatch

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires