Les plastiques agricoles : état de la situation

Selon Recyc-Québec, 11 000 tonnes de plastiques sont mises en marché au Québec chaque année

Avec l’annonce du gouvernement canadien d’interdire l’utilisation du plastique à usage unique à partir de 2021, le secteur agricole devra trouver des solutions à l’usage de divers type de plastique tel que le polyéthylène basse densité (paillis de plastique, plastiques d’enrobage pour l’ensilage), le polyéthylène haute densité (filets d’enrobage, contenant de plastique, corde) et les plastiques pour l’acériculture.

Selon la récente étude de Recyc-Québec, 11 000 tonnes de plastiques sont mises en marché au Québec chaque année, dont 70 % proviennent de plastique de type PEbd, 12 % de plastique d’acériculture et 11 % de plastique de type PEhd. Uniquement 20 % des plastiques agricoles sont actuellement récupérés. La figure démontre l’état de la situation des modes de gestion (récupération ou enfouissement) des plastiques agricoles pour le Québec et il est possible de constater un meilleur taux de récupération pour certains plastiques, comme le plastique de serres, mais problématique pour les filets et ficelle.

Ce n’est pas par manque de volonté des producteurs

Ce faible taux de récupération n’est pas dû au manque de volonté des producteurs, comme le démontre un sondage mené en Alberta. Selon ce sondage mené auprès de 375 producteurs albertains en 2011, plus de 80 % des producteurs sont concernés par le recyclage du plastique et plus de 85 % des producteurs souhaiteraient être capables de les recycler. Par contre, plus de 70 % des producteurs trouvent difficile de recycler le plastique. Ce sondage démontre bien l’intérêt et le bon vouloir des producteurs à recycler le plastique agricole, mais le facteur limitant est l’absence d’outils ou de service pour le faire.

Mode de gestion de plastique agricole au Québec, Tiré du Tableau 2.5 de l’Étude sur les plastiques agricoles générés au Québec de Recyc-Québec.

Récupération, réutilisation et innovation

Voici les recommandions de Recyc-Québec pour améliorer l’état de la situation du recyclage du plastique agricole.

  • Déployer un système à large échelle tenant compte des réalités régionales.
  • Bâtir sur l’expertise en place et les investissements réalisés.
  • Poursuivre la caractérisation de l’ensemble des plastiques agricoles utilisé au Québec.
  • Faire participer les acteurs locaux.

Réutilisation

Les vétérans producteurs du Québec s’en souviendront peut-être, il était possible dans le passé de réutiliser les sacs de moulée, de semence ou d’engrais en les retournant chez le fournisseur. Par contre, cette pratique est presque maintenant inexistante sur le territoire pour diverses raisons, telles que la biosécurité, la charge supplémentaire pour le fournisseur ou des raisons de marketing. La question que nous devrions nous poser collectivement : devrions-nous trouver des solutions à ces problématiques et proposer cette solution au producteur? D’ailleurs, il est actuellement possible dans plusieurs régions du Québec de retourner ou encore réutiliser les contenants en PEhd pour les produits de lavage, d’herbicide ou encore de différentes huiles. Étant donné que les aliments en vrac sont maintenant intégrés dans les mœurs des consommateurs, alors pourquoi pas les produits agricoles?

à propos de l'auteur

Collaborateur

Ayant complété son doctorat en sciences animales et étant copropriétaire de la ferme sur laquelle il a grandi, Maxime Leduc est pleinement conscient de la réalité des agriculteurs, en particulier des difficultés qu'ils rencontrent. Il souhaite fournir aux producteurs des outils adaptés et efficaces qui favoriseront la croissance de leur entreprise.

Commentaires