Les Verts proposent de faire de l’Autriche une « zone libre sans OGM »

Vienne (Autriche), 14 mai 2002 – Les Verts autrichiens (opposition) ont indiqué qu’ils allaient déposer au parlement une motion qui, si elle est adoptée, proscrirait la culture d’organismes génétiquement modifiés (OGM) dans le pays.

La motion demande au parlement de déclarer l’Autriche une « zone libre d’expérimentations génétiques » et d’inscrire « l’abandon » des cultures OGM dans la loi, a expliqué Wolfgang Pirklhuber, chargé des questions agricoles chez les Verts.

« La co-existence entre l’agriculture biologique et les cultures génétiquement modifiées n’est pas réalisable en raison de la petite taille des exploitations », a-t-il ajouté en précisant que 700 maires soutenaient le projet « zone libre ».

Les Verts ont rappelé que le ministre (FPOe, extrême droite) de la Santé, Herbert Haupt, avait déclaré récemment au parlement que « l’option +zone libre+ pouvait être envisagée » et le commissaire européen à l’Agriculture, l’Autrichien Franz Fischler, avait indiqué que de telles zones devaient être établies dans l’Union européenne (UE).

Selon M. Fischler, le renforcement de la sécurité alimentaire doit entrer dans « la partie non négociable » de la future réforme de la politique agricole commune dont la Commission européenne doit présenter en juin les grandes lignes d’une réforme.

Les Verts autrichiens craignent notamment que, dans son projet de réforme, la Commission de Bruxelles préconise une levée du moratoire de fait observé depuis près de quatre ans dans l’UE sur les autorisations de mises en exploitation de nouveaux OGM.

Actuellement, onze variétés d’OGM ont été autorisées dans l’UE et 13 demandes sont en attente. Aucune autorisation n’a plus été délivrée depuis octobre 1998.

Près de 10% des 235 000 exploitations autrichiennes (8,32% des terres cultivables) pratiquent une agriculture « biologique », n’utilisant ni pesticides ni engrais chimiques, un record pour l’UE. L’an dernier, le pays a exporté quelque 20% de ses produits « bio » et d’ici à 2005, cette proportion devrait progresser à 35%, selon des projections du ministère de l’Agriculture.

Source : AFP

Commentaires