L’événement de l’année

Le Bulletin Express a consulté ses lecteurs pour connaître lequel avait selon eux marqué l’année 2016.

Ce n’était pas le choix qui manquait puisque l’actualité a fourni plus d’un sujet sur lequel se pencher en 2016. Les traités internationaux, autant avec l’Europe qu’avec les pays de l’Asie-Pacifique ont alimenté les discussions avec plus d’un rebondissement, à commencer par la Wallonie qui a failli faire déraper l’accord Canada-Europe. Les élections au Canada en 2015 et aux États-Unis en novembre dernier remettent également en question des discussions avancées sur un traité transpacifique.

Plus près de chez nous, le dossier du lait diafiltré a mobilisé les troupes avec des demandes répétées auprès du fédéral afin d’intervenir et faire cesser l’importation de matières laitières en provenance des États-Unis. Certains gains ont été réalisés, dont la promesse d’Agropur de cesser d’acheter ces produits.

D’un point de vue économique, la hausse des cheptels de porcs et de bœufs ont causé de fortes chutes de prix au Québec, à l’image de ce qui s’est produit aux États-Unis.

Et comme toujours, la météo a causé bien des maux de tête, en commençant par le printemps froid qui a ralenti les semences au printemps, en passant par l’été chaud et sec qui s’est prolongé jusqu’à l’automne. Certaines régions ont été plus affectées que d’autres, dont l’extrême sud-ouest de la province et la région de Sherbrooke où le déficit d’eau a réduit les rendements. La catastrophe prévue n’a pas par contre eu lieu : les récoltes de maïs et de soya ont donné des résultats record, tandis que les petits fruits ont connu une saison remarquable. Même la production de sirop d’érable a fracassé de nouveaux records grâce au printemps froid qui a prolongé la saison.

Mais finalement, le dernier mot est revenu aux lecteurs. Ce n’est pas un mais deux événements qui se méritent le titre d’événement de l’année avec un résultat ex-æquo de 37%, soit le dossier du lait diafiltré et celui des traités internationaux. Les récoltes records se placent au 2e rang avec 15%, suivi des caprices de Mère Nature à 12%. Le recul des prix du porc et de bœuf ferment la marche à 9%.

Merci à tous les participants de s’être prêté au jeu. Une très bonne et très profitable année à tous!

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires