Maïs : un rendement au-delà des attentes!

« Inespéré! » Le commentaire revient cette année d’un producteur à l’autre. Contrairement en effet à ce qui aurait pu être prévu, les rendements sont bons, et même plus que bons dans certaines régions. Johanne van Rossum a récolté de 10% à 15% de ses champs de maïs, en plus d’avoir fait les travaux pour quelques clients. Alors qu’une bonne année équivaut à environ de 10 à 11 t/ha, les rendements jusqu’à maintenant dépassent largement cette mesure avec des pointes à 17 t/ha dans certains champs. « On a enregistré du 14 t/ha et même plus dans notre coin à Sainte-Brigitte d’Iberville, et des deux côté de l’autoroute 10. C’est vraiment inespéré comme rendement. Les conditions de récolte sont bonnes. Le début avait été difficile et il avait fait froid durant les semis. Il semble que la pluie soit tombée aux moments critiques en juillet puisque les rendements sont là », rapporte la productrice.

Même son de cloche d’André Dubois, de Saint-Antoire-sur-Richelieu, où le rendement du maïs est au-dessus de la moyenne. « C’est surprenant comme résultat. On n’avait pas d’attente : le printemps avait été couci-couça et on avait zéro attente de la part des champs avec retour de maïs faits en semis direct. On enregistre du 13 t/ha sur des retours de rotation et du 10 à 11 t/ha sur le maïs sur maïs, avec des pointes à 12. C’est encore meilleur que l’an passé! »

Depuis le début du mois d’octobre, la récolte de maïs fait un début timide dans les champs de la province. La Financière agricole rapportait à peine 1% des superficies récoltées au 4 octobre dans les régions de l’Estrie et de l’Outaouais et 2% en Montérégie, secteur de Saint-Hyacinthe. Le mois de septembre a été exceptionnellement beau et chaud, au point que les plants de maïs sont nettement plus secs qu’à l’habitude à ce temps-ci de l’année. « J’ai l’impression que le soya a retardé la récolte de maïs. Les plants de maïs étaient déjà secs en septembre et des champs auraient pu être récoltés bien avant, mais le fait que le soya ait traîné a fait débuter la récolte de maïs seulement maintenant », signale Guillaume Doré de Semences Pride.

Sylvain Payant, Pioneer, a observé certains impacts sur les cultures du déficit hydrique de l’été dernier, particulièrement dans le sud-ouest du Québec. « Les grains sont très, très, très sec, avec un degré d’humidité de 10% à 15%. En contrepartie, la qualité est extraordinaire. »

Il semble en effet que la qualité du maïs soit exceptionnelle. Malgré un flétrissement des feuilles, aucune maladie n’est à signaler cette année dans la culture. « C’est le soleil et le beau temps », explique André Dubois. « Il a fait beau et sec tout l’été. Il semble que les cultures aient apprécié, malgré toutes nos inquiétudes. »

Johanne van Rossum abonde dans le même sens. La qualité est présente et pas seulement dans le maïs : dans les céréales également et dans le soya. « Les grains sont exempts de maladie. On fait de tout et c’est une constante cette année : tout est beau, peu importe les cultures. »

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires