Ligne de temps

Marché des grains: les commerçants soupèsent la demande

À Chicago, le blé et le soya ont terminé la semaine écourtée en force alors que le maïs a subi de légères pertes.

Le blé a profité des incertitudes sur le front géopolitique pour grimper de près de %. Le retour aux tensions entre l’Ukraine et la Russie fait craindre un approvisionnement de la céréale de la part de ces deux joueurs qui représentent 20% de la production mondiale. La reprise du transport du blé canadien a toutefois permis une légère détente du marché au cours de la semaine. Selon le rapport hebdomadaire du ministère américain de l’Agriculture (Usda), les ventes de blé de la campagne 2013/2014 cultivé aux États-Unis ont atteint 438.000 tonnes la semaine dernière, soit bien plus que les prévisions.

Du côté du soya, la fève a pris du gallon à la suite des de l’annonce de l’Association américaine des triturateurs de soja (Nopa) selon laquelle la consommation de soya dans le pays a bondi en février de 12 % par rapport à l’an dernier. Les indicateurs laissent également croire que la demande demeurera forte dans les prochains mois. Malgré les rumeurs, la Chine n’a pas encore annulé de commandes. Avec une demande à l’internationale positive et des stocks considérés comme faibles, les marchés ont soutenu l’envolé du soya qui a de nouveau dépassé la barre des 15$US.

La météo a pour sa part brouillé les cartes pour le maïs. Les conditions favorables aux semis aux États-Unis ont soutenu la tendance baissière sur les marchés. L’annonce d’un retard des terres semées selon le calendrier et la demande pour l’éthanol ont toutefois permis de limiter les pertes.

Le boisseau de maïs a clôturé jeudi à 4,9475 dollars contre 4,9850 dollars en fin de semaine dernière (- 0,75 %). Le boisseau de blé s’est établi à 6,9125 dollars contre 6,6025 dollars à la clôture vendredi dernier pour un bond de 4,7%. Le boisseau de soja a terminé à 15,1400 dollars contre 14,6300 dollars il y a une semaine, une hausse de 3,49%. Il est monté mercredi à son plus haut niveau depuis juillet 2013.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires