Marché des grains: les cours réagissent aux prévisions du USDA

Les prévisions du département américains de l’Agriculture (USDA) était attendu depuis des lunes sur les marchés financiers de Chicago. Ces derniers spéculaient de manière plutôt technique en l’absence de nouvelles concrètes mais les analystes et les courtiers ont enfin eu matière à réfléchir jeudi dernier. Le rapport a en effet dévoilé des intentions de semis frôlant les records pour le maïs, alors qu’elles ont été abaissées pour le soya et le blé, les cours du maïs ont chuté en réaction tandis que le soya a maintenu une partie de ses gains de la semaine, imité aussi par le blé.. Ajouté à cela, des chiffres sur les stocks de céréales qui se sont avérés êtres semblables aux attentes, avec des quantités importantes en réserve pour cette période de l’année.

La semaine avait débuté de manière positive avec le recul du dollar américain. La présidente de la Réserve fédérale américaine a abordé le resserrement de la politique monétaire américaine qui sera fait de manière prudente dans les prochains mois en raison de l’économie mondiale.

Le USDA a informé jeudi qu’il prévoyait la 3e plus grande superficie de maïs aux États-Unis depuis 1944. La surprise est venue du fait qu’il s’agissait d’un rehaussement des estimations précédentes qui étaient déjà élevées. Le maïs a été la céréale ayant le plus réagi par la suite au rapport des prévisions d’ensemencement aux États-Unis.

Les superficies de soya ont pour leur part été légèrement diminué, ce qui a permis au soya de conserver une partie des gains de la semaine. La fève bénéficie depuis quelques temps aussi des troubles politiques au Brésil qui fait craindre sur l’approvisionnement, malgré une excellente récolte. Les approvisionnements sont toutefois en recul depuis novembre et certains observateurs ont indiqué que d’autres informations seront nécessaires pour soutenir le soya dans les prochaines semaines.

Le blé a été le gagnant de la semaine grâce à des prévisions inférieures aux attentes quant aux semis projetés pour 2016, avec des intentions les plus faibles depuis 1970.

Reste à voir maintenant comment se déroulera la saison des semis. La pluie très présente dans le sud des États-Unis fait déjà songer à un changement de scénario de la part des agriculteurs qui pourraient être contraints à semer du soya plutôt que du maïs si la saison est trop retardée. Les analystes s’attendent toutefois à plus de variations des marchés puisque les données météo vont commencer à donner plus d’informations sur le déroulement de la saison 2016-2017.

Le boisseau de maïs pour mai, le contrat le plus actif, a terminé vendredi à 3,5400 $US en raison d’une perte de 4,3% par rapport à 3,7000 $US jeudi dernier. Le boisseau de soya pour mai a clôturé en hausse de 0,9% à 9,1825 $US contre 9,1050 $US la semaine dernière. Le boisseau de blé pour mai, également le plus actif, a affiché un gain de 2,8% à 4,7575 $US contre 4,6300 $US.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires