Marché des grains: Des stocks réévalués

L’état des cultures a été au cœur des spéculations cette semaine, une discussion alimentée par la révision à la baisse des prévisions de stocks par le département américain de l’Agriculture, qui s’est avérée plus importante que prévu.

La météo a monopolisé les débats dès le début de la semaine. Le Midwest connait en effet un épisode de sécheresse qui pourrait avoir des conséquences sur les cultures, au moment où les jeunes plants émergent de terre. C’est le cas pour les champs de maïs et de soya. Le manque d’eau a d’ailleurs mené le gouvernement brésilien à revoir de nouveau à la baisse, la semaine dernière, ses prévisions de récolte.

Les multiples inquiétudes quant aux rendements en Amérique du Sud et ailleurs dans le monde ont mené à une forte baisse des estimations de stocks américains, allant bien au-delà des attentes des analystes. Ces derniers se demandent maintenant si les stocks pourraient connaître encore des diminutions dans les prochaines semaines, face à des importateurs qui se tourneraient vers les États-Unis pour se procurer des céréales, ce qui stimulerait encore davantage la demande pour les produits américains.

Plusieurs courtiers tablent en plus sur les effets de La Nina sur les récoltes aux États-Unis. Le phénomène météo s’accompagne habituellement de périodes de sécheresse, ce qui pourrait résulter en une récolte moindre à l’automne. Des voix commencent toutefois à s’élever pour avertir que l’évaluation actuelle des céréales est exagérée, considérant la possibilité ou non que La Nina se fasse sentir cette année. Pour l’instant, les autorités américaines tablent sur une possibilité de 50% que le phénomène météo se manifeste cet été ou cet automne. Il est toutefois certain selon les derniers radars photos dans le Pacifique que El Nino est bel et bien terminé.

Quant au blé, la céréale a connu le scénario inverse au blé et au maïs. Le début des récoltes de blé d’hiver dans les états du sud des États-Unis laisse entrevoir que cette dernière serait excellente, avec des rendements supérieurs aux attentes. Le résultat a surpris les marchés, d’autant plus que les superficies sont moindres en 2016 que par les années passées. En conséquence, le ministère de l’Agriculture (USDA) a révisé en nette hausse ses prévisions de stocks de blé dans son analyse mensuelle de l’offre et de la demande, parue vendredi.

Le boisseau de soja a encore poursuivi sur sa lancée avec un gain de plus de 4%. Le contrat pour juillet, le plus échangé, a clôturé à 11,7825 $US contre 11,3200 $US une semaine plus tôt. Le boisseau de maïs pour juillet, le plus actif, a terminé la semaine avec une hausse de 1,1% à 4,2300 $US contre 4,1825 $US la semaine précédente. Le boisseau de blé pour juillet a reculé de 0,5% à 4,9500 $US comparativement à 4,9725 $US vendredi dernier.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires