Mise en marché du sirop d’érable : « La Régie ne doit pas se laisser intimider »

Québec (Québec), 20 août 2004 – « A la suite du chahut dont ont été victimes ses régisseurs ce matin, à Québec, nous demandons à la Régie de ne pas se laisser intimider et de prendre d’autant plus rapidement les dispositions nécessaires pour qu’elle puisse faire son travail qui est d’assurer une mise en marché efficace et ordonnée. »

Voilà la réaction qu’a exprimée le président de la Fédérationdes producteurs acéricoles du Québec, M. Pierre Lemieux, après que desmanifestants eurent forcé la Régie des marchés agricoles et alimentaires duQuébec à reporter, pour une troisième fois en quelques mois, ses audiencesvisant à faire la lumière sur le contournement du Règlement de l’agence devente et de la Convention de mise en marché des produits de l’érable.

« S’ils n’ont rien à se reprocher, pourquoi la minorité de ceux et cellesqui contestent les choix et les règles que se sont démocratiquement donnés lamajorité des producteurs et productrices acéricoles ne veulent-ils pas sefaire entendre? » a réagi M. Lemieux.

« Ces événements, a-t-il ajouté, tendent à montrer la mauvaise foi de gensqui ne veulent pas céder les privilèges qu’ils se sont arrogés au fil du tempset qui craignent, pour cette raison, de rendre des comptes devant un organismequi intervient suivant des principes de justice, d’équité, de cohérence et detransparence. »

Rappelons que la Fédération des producteurs acéricoles du Québec ademandé à la Régie de faire enquête sur quelque 70 producteurs (sur un totalde plus de 7 000) qui, trois ans après la mise en place démocratique denouvelles règles de mise en marché, semblent toujours se refuser à les suivre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs acéricoles du Québec
http://www.siropderable.ca

Commentaires