Mise en oeuvre de la politique nationale de la ruralité

Québec (Québec), 15 mars 2002 – Le ministre d’Etat à la Population, aux
Régions et aux Affaires autochtones, monsieur Rémy Trudel, a donné le coup
d’envoi à la mise en oeuvre de la Politique nationale de la ruralité devant
quelque 500 intervenants dédiés à l’avancement des communautés rurales. Pour
l’occasion, le ministre était accompagné des membres du Comité des partenaires
de la ruralité, soit de MM. Jacques Proulx, président de Solidarité rurale du

Québec, Michel Belzil, président de la Fédération Québécoise des
Municipalités, Yvon Leclerc, président de l’Association des centres locaux de
développement du Québec et Emilien Nadeau, président de l’Association des
régions du Québec.

Les Journées nationales de la ruralité tenues les 14 et 15 mars dans la Capitale Nationale ont permis aux leaders locaux de convenir d’une interprétation commune de la Politique nationale de la ruralité et d’expliquer les principaux outils de la Politique comme le pacte rural. Ces « Journées » ont
aussi suscité une large mobilisation autour de cette politique parmi les plus
avant-gardistes en Amérique du Nord.

« Nous avons assisté à un véritable effort de solidarité des forces vives
du Québec afin de permettre à chaque village de prendre sa place et devenir

plus prospère. Cet événement donne le coup d’envoi à une vaste corvée aux
quatre coins du Québec », a déclaré M. Trudel.

Le ministre et les partenaires de la ruralité ont réitéré leur appui
indéfectible au développement rural et réaffirmé leur soutien aux communautés
rurales. Ils ont exprimé le désir de voir les pactes ruraux se signer dans les
meilleurs délais.

Consensus sur la méthode de répartition des enveloppes budgétaires aux MRC

Le Comité des partenaires de la ruralité a déjà fait consensus sur une
méthode de répartition de l’enveloppe de 90 M$ dédiée à la concrétisation des
pactes ruraux dans les MRC. Cette méthode, qui détermine la somme allouée pour
chaque MRC, est établie comme suit:


  • un montant de base attribué à chaque MRC;

  • un montant octroyé en fonction de la population des municipalités de la MRC couverte par la Politique;

  • un montant établi en tenant compte de la population vivant dans les municipalités en difficultés socioéconomiques sur le territoire visé.

Au terme de ces « Journées », chaque préfet connaîtra le montant qui lui
sera accordé pour son territoire de MRC afin d’enclencher rapidement la mise
en oeuvre du pacte rural.

Solidarité Rurale du Québec satisfaite de la mobilisation

Ayant joué un rôle conseil fort important dans l’adoption de la
Politique, le président de Solidarité rurale du Québec, M. Jacques Proulx, a
déclaré que « Trois ingrédients de cette Politique me permettent d’espérer: la
participation de la société civile, l’adaptation et la modulation des mesures
et programmes de l’Etat québécois “pour tenir compte de la spécificité des
milieux ruraux”. En clair, la participation civile, c’est choisir son avenir.
Personne et aucune politique ne pourront convenir à la place des ruraux de la
vivacité ou de l’asphyxie de leur communauté ».

Convergence vers les MRC

A titre de maître d’oeuvre et signataire principal des pactes ruraux, le
président de la Fédération Québécoise des Municipalités (FQM), M. Michel
Belzil, a souligné que les élus municipaux sont maintenant en mesure de passer
en mode action et d’agir comme locomotives dans la mise en oeuvre de cette
politique. « La Politique nationale de la ruralité repose sur la conclusion des
pactes ruraux avec 91 MRC du Québec, qui les engageront dans une véritable
corvée de développement. Les élus locaux et régionaux sont déterminés à
démontrer au gouvernement du Québec qu’il a eu raison de leur faire confiance
en leur donnant le mandat de mobiliser leur population autour d’initiatives et
de projets afin de travailler collectivement au renouveau, à la prospérité et
à la pérennité des communautés rurales ».

Un levier économique important pour les CLD

Au nom de l’Association des centres locaux de développement du Québec
(CLD), M. Yvon Leclerc soutient que les projets mobilisateurs sont nombreux et
que l’annonce faite par le ministre Trudel relativement à la signature des
pactes ruraux et des enveloppes accordées aux MRC représente une clé de
démarrage attendue avec impatience aux quatre coins du Québec. « Depuis leur
création, en 1998, les CLD ont développé une expertise qui permettra aux MRC
de préparer leur plan d’action rapidement et au milieu de bénéficier au plus
tôt des fonds prévus à la politique », a-t-il déclaré.

Un outil adapté selon les CRD

En termes de planification stratégique, le président de l’Association des
régions du Québec (ARQ-CRD), M. Emilien Nadeau, s’est félicité des grandes
orientations de cette politique qui rejette le mur-à-mur et qui favorise le
droit à la différence afin de satisfaire les besoins locaux réels. « Les CRD
seront particulièrement attentifs à la mise en place de mécanismes d’échange
et de partage d’expérience entre les MRC d’un même territoire régional. Ils
soutiendront les intervenants dans l’identification des actions qui devront
être mises en oeuvre à l’échelle de la région administrative en support à
l’action locale ».

« Nous avons choisi la voie de la concertation et du partenariat. Le
succès de l’événement démontre que nous avons misé juste. Nous avons préparé
l’avenir: reste maintenant à le construire tous ensemble », a conclu M. Trudel.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association des Centres Locaux de Développement du Québec (ACLDQ)

http://www.acldq.qc.ca/

Association des régions du Québec (ARQ)

http://www.regions.qc.ca/

Fédération Québécoise des Municipalités (FQM)

http://www.fedeqm.qc.ca/

Ministère des régions

http://www.sdr.gouv.qc.ca/

Solidarité rurale

http://www.solidarite-rurale.qc.ca/

Commentaires