Projet de parachèvement de l’autoroute 35 entre Saint-Jean-sur-Richelieu et la frontière américaine : rapport du BAPE

Québec (Québec), 12 mai 2006 – A la demande du ministre duDéveloppement durable, de l’Environnement et des Parcs, M. Claude Béchard, leBureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) rend public son rapport d’enquête et d’audience publique sur le Projet deparachèvement de l’autoroute 35 entre Saint-Jean-sur-Richelieu et la frontièreaméricaine. Ce mandat d’enquête et d’audience publique a débuté le 14 novembre2005. La commission chargée de l’examen du projet était présidée par MmeClaudette Journault, secondée par Mme Lucie Bigué, commissaire.

La commission conclut que le parachèvement de l’autoroute 35 n’est justifié que sur une partie de son parcours entre Saint-Jean-sur-Richelieu et la frontière américaine, particulièrement en raison des débits de circulation actuels et projetés.

En ce qui concerne le segment entre Saint-Jean-sur-Richelieu etSaint-Alexandre, la commission estime qu’il est pertinent de construire uneautoroute à deux chaussées dans l’axe proposé, compte tenu du débit decirculation prévu en 2021. La commission recommande cependant que l’échangeurde Saint-Alexandre soit conçu de façon à limiter les impacts sur les activitésagricoles ainsi que sur le milieu biophysique. Dans un même ordre d’idées, laroute 227 devrait être maintenue dans son emprise actuelle.

Bien que la localisation prévue pour l’échangeur de Saint-Alexandre rendenécessaire la continuité d’un lien routier jusqu’à Saint-Sébastien, lacommission considère que le débit de circulation au sud de Saint-Alexandre estinsuffisant à lui seul pour justifier une autoroute à quatre voies. De plus,elle est d’avis qu’il ne devrait pas y avoir d’échangeur à Saint-Sébastien,mais plutôt un carrefour à la hauteur de la route 133, aménagé de façon àpréserver la qualité de vie des citoyens résidant à proximité.

La commission estime qu’aucune des variantes examinées pour le segmentcompris entre Saint-Sébastien et la partie nord de Saint-Armand n’estacceptable, tant sur le plan de l’économie que de la protection du milieubiophysique et du milieu agricole. Elle propose que soit évaluée, en prioritéet avec les collectivités touchées, la possibilité d’améliorer de façonsubstantielle la route 133 dans ce secteur plutôt que de construire le segmentautoroutier. Le projet d’échangeur au nord de Saint-Armand devrait donc êtrerevu.

Quant au segment compris entre la partie nord de Saint-Armand et lafrontière américaine, la route 133 possède à cet endroit deux chaussées dedeux voies séparées par un terre-plein. Compte tenu que cette portion de laroute présente des difficultés d’accès qui causent des problèmes de sécuritépublique, une intervention y est justifiée. Le ministère des Transportsdevrait cependant prendre en compte les enjeux locaux et apporter lescorrections appropriées à son projet.

D’un point de vue plus général, la commission estime en outre que l’étatde la route 133 rend impératifs des travaux d’amélioration visant à augmenterla qualité de vie et la sécurité de ses usagers.

La commission invite le ministère des Transports à minimiser l’atteinte àla zone agricole et au milieu biophysique ainsi qu’à mettre en place desmesures d’atténuation et de compensation environnementale jumelées à un suivirigoureux et transparent.

En terminant, la commission tient à souligner que ses travaux sur leprojet de parachèvement de l’autoroute 35 ont démontré qu’il est primordialque le Québec se dote d’une politique de préservation des milieux humides dansles meilleurs délais.

La disponibilité du rapport
Le rapport d’enquête et d’audience publique sur le Projet deparachèvement de l’autoroute 35 entre Saint-Jean-sur-Richelieu et la frontièreaméricaine est maintenant disponible. Vous pouvez le consulter dans lescentres de documentation du BAPE, dans les centres de consultation ouvertsdans le milieu visé de même que dans le site Internet du BAPE. Vous pouvez également en faire la demande aubureau du BAPE, soit en communiquant par courriel à l’adresse suivante :[email protected], soit en composant le 418 643-7447 ou, sansfrais, le 1 800 463-4732.

Rappelons qu’au cours de la première partie de l’audience publique, lacommission a tenu six séances publiques à Saint-Jean-sur-Richelieu et àSaint-Sébastien. En deuxième partie, trois séances publiques ont permis à lacommission de recevoir trente mémoires écrits et une présentation verbale dela part des personnes, des groupes, des organismes et des municipalitésintéressés par ce projet.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)
http://www.bape.gouv.qc.ca/

Commentaires