Recettes monétaires agricoles de janvier à septembre 2006

Ottawa (Ontario), 24 novembre 2006 – Les recettes monétaires du marché des agriculteurs ont légèrement augmenté au cours des neuf premiers mois de 2006, la hausse des recettes de la vente des cultures ayant contrebalancé la baisse des ventes de bétail.

Les agriculteurs ont tiré 23,4 milliards de dollars des marchés de janvier à septembre, en hausse de 0,6 % comparativement à la même période l’an dernier. Ce total était de 3,5 % inférieur au sommet de 24,2 milliards de dollars atteint en 2001, et seulement de 0,9 % supérieur à la moyenne quinquennale précédente de 2001 à 2005.

Les recettes tirées des cultures se sont élevées à 10,1 milliards de dollars, en hausse de 3,9 % par rapport à la même période en 2005 et de 1,1 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente. La forte production en 2005 et en 2006 a contribué à l’augmentation des livraisons de céréales et d’oléagineux. Consultez l’article «Estimations de la production des principales grandes cultures» publié dans Le Quotidien du 5 octobre 2006.

Par ailleurs, les recettes du bétail ont reculé de 1,8 % pour s’établir à 13,3 milliards de dollars, la baisse des recettes des porcs ayant plus qu’annulé l’augmentation des recettes des bovins et des veaux. Les recettes du bétail ont été de 0,7 % supérieures à la moyenne quinquennale précédente, qui comprend l’effet de la crise liée à l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB).

Les agriculteurs ont reçu 3,5 milliards de dollars en paiements de programme au cours des neuf premiers mois de 2006, en baisse de 9,4 % comparativement au sommet atteint à la même période en 2005. Malgré cette baisse, le total a été de 18,4 % supérieur à la moyenne quinquennale précédente.

Les recettes monétaires agricoles totales, qui comprennent les recettes des cultures, du bétail et des paiements de programme, ont atteint 26,9 milliards de dollars au cours des neuf premiers de 2006. Il s’agit d’une baisse de 0,9 % par rapport au sommet atteint à la même période en 2005, mais d’une hausse de 2,9 % par rapport à la moyenne quinquennale.

À l’échelon provincial, les recettes monétaires agricoles ont fléchi en Nouvelle-Écosse, en Ontario et au Manitoba. Elles sont demeurées à peu près stables au Québec, en Alberta et en Colombie-Britannique, mais elles ont atteint des niveaux record dans les autres provinces, sauf en Saskatchewan.

Les recettes monétaires agricoles sont une mesure des recettes brutes des exploitations agricoles. Elles ne tiennent pas compte des dépenses engagées par les agriculteurs telles que les salaires, les carburants et les coûts des aliments pour animaux. Les recettes monétaires peuvent varier énormément d’une exploitation agricole à l’autre en raison de plusieurs facteurs, dont les élevages et les cultures choisis, les prix et les conditions climatiques.

Les livraisons de canola et de blé font monter les recettes tirées des cultures
Les livraisons des deux principales cultures, le blé et le canola, ont fait monter les recettes tirées des cultures de janvier à septembre. Pour la plupart, les agriculteurs ont puisé dans les stocks record de la récolte de 2005. Les prix ont commencé à monter au troisième trimestre de 2006, en raison des inquiétudes au sujet de la diminution de la production mondiale. Toutefois, la vigueur du dollar canadien a maintenu la pression sur les prix.

Les recettes du canola se sont élevées à 1,8 milliard de dollars, ce qui représente une hausse de 37,3 % attribuable aux mises en marché record pour cette période. Les mises en marché ont fait un bond de 40,8 % de janvier à septembre cette année, tandis que les prix moyens ont diminué de 2,5 %.

Les recettes du blé (sauf le blé dur) ont crû de 10,0 % pour se fixer à 1,4 milliard de dollars. L’augmentation des mises en marché et des prix a contribué à cette croissance, alors que les paiements de la Commission canadienne du blé (CCB) ont diminué.

D’autre part, les recettes de l’orge ont reculé de 11,6 % pour s’établir à 268 millions de dollars, les mises en marché ayant diminué de 21,7 %, en raison de la baisse de la production en 2005 et en 2006. L’augmentation des paiements de la CCB et la hausse de 2,8 % des prix par rapport à leur plus bas niveau enregistré en 11 ans ont atténué le recul des recettes de l’orge.

Les recettes du soya ont chuté de 23,6 %, en raison de la diminution des prix et des mises en marché. Malgré la production record en 2004 et 2005, les mises en marché ont diminué de 10,3 % dans les neuf premiers mois de 2006. Les stocks de soya à la ferme ont atteint un niveau record au 31 juillet 2006. Consultez l’article «Stocks de céréales» publié dans Le Quotidien du 12 septembre 2006.

Les producteurs ont différé en 2006 beaucoup moins de recettes de la récolte de 2005 en raison de la faiblesse historique des prix des céréales et des oléagineux et de l’augmentation des coûts des intrants. Par conséquent, la réalisation des recettes différées a reculé d’environ 40 % dans les neuf premiers mois de 2006.

Les recettes des pommes de terre ont augmenté de 14,8 % pour se chiffrer à 642 millions de dollars, la croissance des prix ayant plus que contrebalancé la diminution de 8,8 % des mises en marché. La réduction des superficies ensemencées en 2005 a eu l’effet escompté en faisant diminuer la production et les mises en marché, ce qui a contribué à l’augmentation des prix.

Les recettes monétaires agricoles des produits de floriculture, de pépinières et de gazonnières se sont élevées à 1,5 milliard de dollars, poursuivant une tendance à la hausse entamée il y a plusieurs années.

La baisse des prix des porcs a entraîné une diminution des recettes tirées du bétail
La vigueur du dollar canadien et la maladie en Ontario et au Québec, ont fait baisser les recettes des producteurs porcins.

Les recettes tirées des porcs ont régressé de 15,3 % pour s’établir à 2,6 milliards de dollars, en raison surtout de la baisse des prix des porcs vendus sur le marché intérieur et sur le marché international. Le nombre de porcs vendus a fléchi de 0,3 %, l’augmentation du nombre d’animaux vivants vendus à l’extérieur du pays n’ayant pas réussi à contrebalancer la baisse des ventes au Canada.

Les recettes tirées des porcs d’abattage, qui ont représenté environ 80 % des recettes totales des porcs, ont reculé de 16,1 %, les prix étant de 15,5 % inférieurs à ceux de l’an dernier et les mises en marché ayant reculé de 0,8 %. Malgré l’augmentation du nombre de porcs vivants mis en marché à l’étranger, les recettes tirées des exportations de porcs ont chuté de 11,5 %, les prix ayant diminué.

Par ailleurs, le secteur des bovins a continué de manifester des signes de reprise à la suite de l’ESB, les recettes ayant augmenté de 6,1 % pour s’élever à 4,7 milliards de dollars. La reprise des échanges commerciaux de bovins sur pied le 18 juillet 2005 a été l’un des principaux facteurs expliquant cette augmentation.

Les recettes tirées de l’exportation internationale de bovins et de veaux ont atteint 883 millions de dollars, en hausse par rapport aux recettes de 239 millions de dollars enregistrées l’année dernière, le nombre d’animaux exportés ayant plus que triplé.

Les recettes des bovins d’abattage, qui ont représenté près des deux tiers des recettes totales des bovins et des veaux, ont chuté de 11,4 %. Les mises en marché pour l’abattage au Canada ont reculé de 10,7 %, les exportations de bovins vivants vers les États-Unis ayant repris. Dans l’ensemble, le prix de l’abattage est resté à peu près stable, un plus grand nombre de vaches et de taureaux de moindre valeur ayant été abattus, ce qui a fait baisser la moyenne.

Les mouvements de bovins d’engraissement d’une province à l’autre ont régressé de 17,2 % étant donné que les producteurs avaient un marché de rechange pour ces animaux aux États-Unis. Malgré l’augmentation de 12,7 % des prix, les recettes tirées des bovins d’engraissement ont reculé de 6,7 %.

Les produits assujettis à la gestion de l’offre ont représenté un peu plus de 40 % des recettes du bétail. Les recettes tirées de ces produits ont reculé pour la deuxième fois seulement en 10 ans, en raison surtout de la baisse de 5,6 % des recettes tirées des poulets. Les recettes ont augmenté pour les oeufs et les dindons, mais sont demeurées stables pour les produits laitiers.

Les paiements de programme diminuent par rapport à leurs niveaux record
Malgré le recul de 9,4 % observé par rapport à leurs niveaux record atteints en 2005, les paiements de programme se sont élevés à 3,5 milliards de dollars pour les neuf premiers mois cette année, en hausse de 549 millions de dollars par rapport à la moyenne quinquennale précédente.

Étant donné la fin progressive du Programme de paiements relatifs au revenu agricole, les paiements de 79 millions de dollars versés en 2006 ont été significativement moindres que les paiements de 724 millions de dollars versés de janvier à septembre 2005. La fin progressive de plusieurs programmes relatifs à l’ESB a aussi contribué à la diminution.

Les paiements du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA) et de l’Initiative de transition du PCSRA pour l’évaluation des stocks (ITES) se sont élevés à 1,3 milliard de dollars, en baisse de 1,7 % par rapport au montant versé durant la même période en 2005. Les paiements d’assurance-récolte ont chuté de 22,6 % pour se situer à 458 millions de dollars.

Par ailleurs, le nouveau Programme de paiements pour les producteurs de céréales et d’oléagineux (PPPCO) a versé 730 millions de dollars dans les neuf premiers mois de 2006, ce qui a atténué la diminution des paiements de programme. Ce programme a été conçu pour offrir une aide directe aux producteurs de céréales, d’oléagineux et d’autres cultures spéciales.

Recettes monétaires agricoles
 Janvier à septembre 2005Janvier à septembre 2006pJanvier-septembre 2005 à janvier-septembre 2006Juillet à septembre 2005Juillet à septembre 2006pJuillet-septembre 2005 à juillet-septembre 2006
 en millions de dollarsvariation en %en millions de dollarsvariation en %
Recettes monétaires agricoles27 13026 898-0,98 3618 8055,3
Total des recettes du marché123 22423 3580,67 7467 8851,8
Tout le blé21 6911 8247,956367419,7
Blé, sauf le blé dur21 3031 43310,043552921,6
Blé dur23883910,812814614,1
Orge2303268-11,6809316,3
Recettes différées-185-1944,9-81-10529,6
Réalisation des recettes différées627382-39,1107-30,0
Canola1 2931 77537,347064737,7
Soya499381-23,69910910,1
Maïs4224281,4131111-15,3
Autres céréales et oléagineux29633111,89315465,6
Cultures spéciales549498-9,3255227-11,0
Pommes de terre55964214,818421215,2
Industrie floricole et pépinières1 4351 5135,43393606,2
Autres cultures2 2252 2390,69629842,3
Total des cultures9 71210 0873,93 1053 47511,9
Bovins et veaux4 4174 6866,11 6691 533-8,1
Porcs3 0372 571-15,3971894-7,9
Produits laitiers3 6033 60301 1871 176-0,9
Volaille et oeufs1 8781 822-3,0619611-1,3
Autre bétail5785881,71931972,1
Total du bétail13 51213 271-1,84 6414 410-5,0
Compte de stabilisation du revenu net420309-26,4339-72,7
Paiements d’assurance-récolte592458-22,6184180-2,2
Programmes d’aide en cas de désastre lié aux revenus1 3742 12354,5259576
Programme provincial de stabilisation35050845,110813928,7
Autres programmes1 171142-87,93116-48,4
Total des paiements3 9063 540-9,461592049,6
n’ayant pas lieu de figurer
0zéro absolu ou valeur arrondie à zéro
pprovisoire
1.Le total du marché correspond à la somme des recettes des cultures et du bétail.
2.Inclut les paiements de la Commission canadienne du blé.
Nota: Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Recettes monétaires agricoles provinciales
 Janvier à septembre 2005Janvier à septembre 2006pJanvier-septembre 2005 à janvier-septembre 2006Juillet à septembre 2005Juillet à septembre 2006pJuillet-septembre 2005 à juillet-septembre 2006
 en millions de dollarsvariation en %en millions de dollarsvariation en %
Canada27 13026 898-0,98 3618 8055,3
Terre-Neuve-et-Labrador65684,62322-4,3
Île-du-Prince-Édouard2682918,680811,3
Nouvelle-Écosse344339-1,51121130,9
Nouveau-Brunswick3143336,1961015,2
Québec4 6744 6980,51 5651 537-1,8
Ontario6 6576 376-4,22 1022 1150,6
Manitoba2 7592 562-7,1830826-0,5
Saskatchewan4 4474 6674,91 2111 48322,5
Alberta5 8915 859-0,51 7851 9559,5
Colombie-Britannique1 7121 705-0,45565743,2
pprovisoire
Nota: Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Note aux lecteurs
Statistique Canada ne fait pas de prévisions des recettes monétaires agricoles. Les données présentées sont fondées sur les données des enquêtes et sur les données administratives provenant de plusieurs sources.

Les recettes monétaires agricoles mesurent les recettes brutes des entreprises agricoles en dollars courants. Elles comprennent les ventes de productions végétales et animales (sauf les ventes entre les fermes d’une même province) et les paiements de programme. Les recettes sont comptabilisées lorsque l’argent est versé aux agriculteurs, avant déduction des dépenses.

Les recettes différées représentent les ventes de céréales et d’oléagineux livrés par les producteurs de l’Ouest pour lesquelles les paiements ont été reportés jusqu’à l’année suivante. Étant donné que ces recettes sont fondées sur les livraisons effectuées, les paiements différés sont déduits des recettes monétaires agricoles de l’année civile en cours et sont inclus lorsqu’ils sont réalisés

Les paiements de programme sont les paiements liés à la production agricole courante et versés directement aux agriculteurs. Mentionnons, par exemple, les paiements versés dans le cadre du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA), en vertu des programmes d’assurance-récolte et des programmes provinciaux de stabilisation. La série des paiements de programmes ne vise pas à englober tous les paiements versés aux agriculteurs et ne représente pas la totalité des dépenses publiques se rapportant à tous les programmes d’aide. Par exemple, le nouveau Programme canadien d’options pour les familles agricoles annoncé en juillet 2006, qui consacrera 550 millions de dollars aux familles agricoles à faible revenu, n’a pas été inclus dans les recettes monétaires agricoles puisqu’il n’est pas lié à la production agricole et qu’il n’est pas versé aux exploitations agricoles. Il sera inclus dans le Système de comptabilité nationale en tant que transfert à des personnes par le gouvernement fédéral.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires