Sécheresse historique et feux de forêt dans l’ouest du pays

Si plusieurs endroits du continent américain reçoivent depuis plusieurs semaines des litres d’eau, la situation est complètement à l’opposé pour les régions les plus à l’ouest. La Californie vit sa pire sécheresse en 119 ans mais la situation n’est guère plus rose au nord, comme en Colombie-Britannique, en Alberta et en Saskatchewan.

Après un hiver anormalement doux et pauvre en précipitations, la tendance s’est poursuivie au printemps en Alberta. La province a reçu moins de dix millilitres d’eau en deux mois, alors que le sol accumule de 10 à 15 centimètres grâce à la fonte des neige et les pluies printanières. Dans certains champs, le sol enregistre moins de 3 centimètres d’humidité. Environnement Canada indique qu’il s’agit du printemps le plus sec en 68 ans.  La tendance pour l’été s’annoncerait similaire, selon l’organisme fédéral.

En Colombie-Britannique, les récoltes sont en avance de deux à trois semaines sur le calendrier habituel après un printemps très doux. La province qui est réputée pour ses conditions humides compose maintenant avec des chaleurs extrêmes. Les réservoirs d’eau sont presque à sec. Du côté de la vallée de l’Okanagan, le manteau neigeux qui alimente la vallée est à environ 48 % de sa capacité. Près de 90% du budget de la province pour lutter contre les incendies de forêt a été épuisé. Plus de 500 feux ont déjà ravagé 63 000 hectares dans la province.

En Saskatchewan, plus d’une centaine de feux de forêt feraient rage dans le nord en raison des températures élevées et des orages qui ont sévi dans la région. Des autoroutes ont été fermées et 1700 personnes ont été évacuées, un nombre qui pourrait augmenter si les feux se propagent.

La fumée causée par les feux de forêt s’est étendue dans presque toute la province et la qualité de l’air est mauvaise à plusieurs endroits. La fumée a envahit le sud du Manitoba et devrait demeurer pendant encore plusieurs jours. La fumée est visible à des centaines de kilomètres à la ronde. Des photos sur les médias sociaux venant d’aussi loin que l’Iowa aux États-Unis montrent le ciel obscurci par la fumée.

Photo prise en Iowa, montrant un ciel obscurci par les fumées venant des feux de forêt de la Saskatchewan.

Photo prise en Iowa, montrant un ciel obscurci par les fumées venant des feux de forêt de la Saskatchewan.

Inquiétudes pour les cultures

Les producteurs de l’Ouest s’inquiètent à juste titre de leurs cultures. Le prix du blé sur les marchés financiers a pris du galon, en raison de la sécheresse au Canada qui est un des principaux producteurs de blé au monde.

La sécheresse sévit également ailleurs. Une partie de l’Europe compose depuis quelques semaines avec un mercure élevé et de rares précipitations. La France traverse actuellement une période de canicule et les prévisions annoncent un été chaud. Selon les organismes météo, le scénario qui apparaît comme le plus probable est celui d’un trimestre plus chaud que la normale sur l’Europe, sauf dans sa partie Nord-Ouest (Irlande et Grande-Bretagne) où un scénario plus frais que la normale est envisagé.

La qualité des cultures a de son côté été recalée pour une troisième semaines consécutives aux États-Unis par le département américain de l’Agriculture. Des champs entiers sont inondés et dans certains cas, des rivières entières traversent des champs.
C’est la faute à El Nino
El Nino serait responsable de ces anomalies météorologiques. Les experts ont confirmé plus tôt en juin un phénomène d’intensité modéré qui se traduit par un été plus froid et humide dans certaines parties du globe, dont le centre des États-Unis. Météo Média a confirmé cette semaine que toute ces masses humides qui circulent au sud de la frontière auront des répercussions au Québec, causant un été plus froid et plus de précipitations que la normale. L’effet El Nino devrait se poursuivre jusqu’à l’hiver.

 

Source: Radio-Canada, France agricole

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires