Syngenta implacable devant Monsanto

Il y a près d’un mois, Monsanto a fait une offre d’achat non-sollicitée pour mettre la main sur la société suisse Syngenta, offre que cette dernière a refusé. Monsanto est revenu à la charge le 8 juin dernier avec une offre semblable, évaluée à 45 milliards de dollars, en plus de garanties de 2 milliards, dans l’éventualité de difficultés anti-trust.

Syngenta a de nouveau refusé mais le président de la société, Michel Demaré, a expliqué dans une vidéo diffusée sur le compte Youtube du groupe les raisons de l’opposition du conseil d’administration. Selon le PDG, Syngenta juge l’offre insuffisante tout en comportant des risques d’exécution qui pourraient faire un tort substantiel aux activités du groupe.

Le groupe suisse a mandaté des avocats pour qu’ils rencontrent leurs homologues de Monsanto afin d’évoquer les problèmes potentiels liés aux réglementations anti-trust, pas seulement aux États-Unis et en Europe, mais aussi en Chine, au Brésil, en Russie, au Canada et en Inde. Selon M. Demarré, aucune solution aux problèmes soulevés n’a été proposée par Monsanto.

M. Demarré a aussi déclaré que le prix proposé était bon marché, Monsanto ayant formulé son offre sur l’action en bas de cycle sur les marchés financiers. Le dirigeant a ajouté que « l’accord (de fusion) proposé serait long, compliqué, et dépourvu de garantie d’être mené à terme. Dans ces conditions, « il serait irresponsable de considérer cette offre dans ses termes actuels », a déclaré le PDG de Syngenta.

Source: Les Échos

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires