Un premier aperçu du printemps

Un printemps plus normal est prévu cette année

Les journées qui allongent ne mentent pas, le printemps sera bel et bien là dans moins d’un mois. À quoi doit-on s’attendre pour le printemps 2019?

Selon plusieurs agences gouvernementales et médias, l’hiver s’accrochera solidement jusqu’aux alentours du 10 mars avec des températures froides pour la saison. Le redoux sera par contre présent à partir de ce moment pour une transition graduelle vers du temps plus chaud, à mesure que le printemps progressera. Avril devrait donc offrir des températures de saison, contrairement à 2018 où le mercure était nettement en dessous des normales, une bonne nouvelle pour les producteurs qui ont eu affaire  avec des températures hivernales en avril 2018.

Le site Accuweather et Météomédia s’entendent pour dire que le début de mars sera froid avec des températures plus clémentes ensuite. Le printemps devrait être plus typique avec des incursions de temps froid et de journée plus chaudes ensuite. Les secteurs qui devraient subir un printemps plus frais que la normale sont la région de Québec, l’est et le nord de la province, indique Météomédia. Les précipitations serait pour leur part dans les normales. L’épaisseur du couvert de neige pourrait ralentir le redoux, affirme de son côté Accuweather.

Le National Oceanic and Athmospheric and Administration prévoit également du temps froid pour mars, surtout pour les régions centrales du continent nord-américain alors qu’il fera plus chaud sur les côtes. Les prévisions tableraient sur un mercure au-dessus des normales pour les régions de l’est du pays, ce qui serait vrai aussi pour une partie du Québec et le sud de l’Ontario.

Les températures pourraient ensuite être supérieures aux normales pour avril et mai pour tout l’ouest et l’est de l’Amérique du Nord. Des précipitations plus importantes sont prévues du côté du sud des États-Unis, à l’exception des régions plus à l’ouest.

Le froid ne devrait pas cependant lâcher prise de sitôt aux États-Unis. Plusieurs régions affichent des records de froid, dont le Midwest. Cette tendance devrait demeurer encore plusieurs semaines, soit jusqu’à la fin mars, ce qui écarte le scénario d’une période précoce pour les semis aux États-Unis.

El Nino
Le phénomène climatique El Nino pourrait brouiller les cartes pour le printemps et l’été à venir au sud de la frontière. Si ce phénomène a peu d’impact sous nos latitudes, il pourrait cependant signifier du temps plus sec et chaud pour certaines régions des États-Unis. Les conséquences seront loin d’atteindre celle affichées lors de l’événement record de 2015. Le présent El Nino est considéré faible selon les météorologistes qui ont confirmé sa présence le 15 février dernier.

Et cet été? Le NOAA a présente toujours des prévisions à long terme, soit pour juin-juillet et août. Selon ces dernières, l’été 2019 sera chaud avec plus de précipitations supérieurs pour tout le nord-est, jusqu’au centre du pays. Le Midwest devrait être épargné par la chaleur avec des températures dans les normales, mais possiblement plus de pluie.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires