Le plancher des vaches

photo“Le plancher des vaches” est le titre du nouveau documentaire des réalisateurs Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier. Anaïs Barbeau-Lavalette est bien connue du grand public pour son film Inch’Allah notamment. Quant à Émile Proulx-Cloutier, il est comédien dans l’émission 30 vies, entre autres, en plus d’être auteur-compositeur-interprète.

Pour la réalisation de ce film, les deux artistes ont suivi sur une période d’un an trois adolescents qui fréquentent la Maison familiale rurale du Granit située dans la municipalité de Saint-Romain, en Estrie. Ces jeunes passent la moitié de leur temps en classe et l’autre moitié sur une ferme. Chaque jeune est jumelé à un maître de stage, en l’occurrence un producteur agricole, qui lui enseigne les rudiments du métier. Les adolescents passent ainsi plusieurs séjours à la ferme de leur maître de stage. Ils doivent s’intégrer à la famille et apprendre les tâches liées au métier qu’ils ont choisi.

On suit donc Pascale Turcotte, qui est jumelée à la productrice Isabelle Dubois de la Ferme Milibro. Cette ferme laitière est bien connue pour ses nombreuses distinctions dans les expositions agricoles. La jeune Pascale apprend donc, au contact de la productrice, les spécificités de cet élevage. Raphaël Bolduc, quant à lui, est jumelé à Paul Chaperon. Ce dernier effectue toutes les tâches sur sa ferme laitière et sur sa terre à bois à l’aide de chevaux. Il transmet à Raphaël son amour pour les chevaux et pour la forêt. Céleste d’Anjou travaille avec le producteur Yvon Boisvert qui exploite aussi une ferme laitière. Céleste apprend à traire les vaches et à labourer les champs.

Tout au long du film, on voit la relation jeune-producteur se développer petit à petit. Les producteurs font preuve d’un dévouement exceptionnel et d’une grande patience envers les adolescents. Ils doivent répéter souvent les mêmes consignes. Les jeunes, par ailleurs, sont très touchants. Ils sont animés du désir d’apprendre et de réussir. Ils se dévoilent dans leurs moments de vulnérabilité, autant que dans leurs succès. De plus, on traverse les saisons toutes en images. On aperçoit des scènes de labour au moment où l’automne est à son meilleur. Il y a aussi des paysages hivernaux sublimes qui nous font presque regretter l’hiver… J’ai bien dit presque! C’est un beau film ancré dans la réalité agricole.

“Le plancher des vaches” a été présenté pour la première fois au Rendez-vous du cinéma québécois qui avait lieu en février dernier à Montréal. Il sera à l’affiche à partir du 8 mai dans plusieurs salles de cinéma à travers la province. Vous pouvez voir la bande-annonce en cliquant sur ce lien : https://vimeo.com/117397065.

à propos de l'auteur

Journaliste et rédactrice en chef adjointe

Marie-Claude Poulin

Marie-Claude Poulin est journaliste et rédactrice en chef adjointe au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires