Les cinq erreurs à ne pas faire en commerce de grains

Edward Usset est un spécialiste de la commercialisation des grains au Centre de gestion financière agricole de l’Université du Minnesota. Auteur d’un livre sur le sujet, qui a fait l’objet d’une réédition l’an dernier (Grain Marketing is Simple ( it’s just not easy)), il était l’invité de Grainwiz à l’hôtel Alt de Brossard. Selon M.Usset, commercer le grain n’est pas un jeu d’enfant mais on peut s’en tirer en respectant quelques règles.

1-Il est toujours tentant d’attendre afin d’avoir un meilleur prix mais les producteurs qui s’en tirent le mieux sont ceux qui ferment une partie de leur récolte avant que celle-ci débute.

2-Les prix sont fixés en partie à Chicago mais il reste que certains éléments locaux vont influencer les prix, d’où la nécessité de comprendre et suivre sa base.

3-Un plan de commercialisation permet d’avoir une stratégie de sortie, ce qui n’élimine pas le risque mais le réduit.

4-Une des règles fondamentales en commerce de grains : s’assurer de vendre sa récolte avant la chute des prix sur les marchés à partir de la période s’étendant du début de l’été à la récolte.

5-Acheter et revendre son grain par option d’achat est un pensez-y bien qui n’élimine pas certains frais, dont ceux liés à l’entreposage qui peuvent gruger les profits.

Pour en savoir plus, lisez le texte complet dans le prochain numéro du Bulletin des agriculteurs.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires