Marché des grains: Spéculations sur fond de négociation

Le soya et le maïs ont grimpé pour une deuxième semaine consécutive tandis que le blé s’est légèrement replié au terme de la semaine. La machine à rumeurs va bon train en l’absence de données sur les ventes de grains américains, surtout que l’horizon des semis du printemps approche.

Avec la paralysie partielle du gouvernement américain, les courtiers doivent estimer les transactions et se fier à leurs sources des entreprises privées. Il semble acquis que la Chine a acheté pour 5 millions de tonnes de soya en décembre, ce qui était par contre moindre que les 8 tonnes espérées. Puisque le département américain n’a pas été en mesure de recueillir des données depuis la fin décembre, le dernier rapport sur l’offre et la demande prévu pour le 11 janvier n’a pas été dévoilé comme prévu.

Les négociations ont toutefois repris entre la Chine et les États-Unis au début de la semaine. Le Wall Street Journal a annoncé jeudi que les États-Unis songeaient à lever en partie ou en totalité leurs tarifs douaniers contre la Chine pendant les rencontres. Bloomberg a par la suite avancé que la Chine offrirait  une entente de six ans pour augmenter ses importations et diminuer le déséquilibre de la balance commerciale, ce qui a été par la suite démentie. Le marché a cependant vu un bon signe dans cette rumeur, surtout qu’elle a été accompagnée de rumeurs d’achat de soya par la Chine.

Entretemps, les spéculations vont bon train sur les intentions de semis pour la saison 2019-2020. Est-ce que les producteurs sèmeront encore du soya ou iront plutôt vers le maïs? Avec les stocks de soya, et l’incertitude, les avis convergent plus vers un retour à la prédominance du maïs. La céréale traine un peu de la patte ces temps-ci sur les marchés. Il est aussi question de l’impact de la peste porcine en Chine et ses achats de céréales pour le bétail. Ses achats seraient en perte de vitesse en raison de la diminution de son cheptel.

Les analystes gardent aussi un œil sur les récoltes en Amérique du Sud. Bien que l’impact de la sécheresse ait été relativisé dernièrement, plusieurs restent prudents d’ici à ce que la récolte de soya débute pour constater les effets réel du temps sec au Brésil.

La météo pourrait aussi faire des siennes aux États-Unis. Une importante tempête a traversé le pays du sud au nord, avec de la pluie et de la neige en abondance, ce qui pourrait avoir un impact sur les récoltes de blé d’hiver et par ricochet sur les prix. Pour l’instant, les ventes vigoureuses de blé russe jettent toujours de l’ombre sur les exportations américaines.

La semaine de courtage sera écourtée avec le congé lundi aux États-Unis pour souligner l’anniversaire de Martin Luther King.

Le boisseau de soya pour mars a clôturé à 9,1675 dollars contre 9,1025 dollars vendredi dernier pour une hausse de 0,7 %. Le boisseau de maïs pour mars a terminé sur un gain de 0,9% vendredi à 3,8175 dollars contre 3,7825 dollars, vendredi dernier à la clôture. Le boisseau de blé pour mars a terminé en légère hausse à 5,1775 dollars contre 5,1950 dollars en fin de semaine dernière.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires