Le vaccin anti-E. coli 0157 pour bovins de Bioniche se montre prometteur

Belleville (Ontario), 12 mai 2004 – Bioniche Life Sciences Inc., société biopharmaceutique spécialisée dans la santé humaine et animale a annoncé qu’une étude contrôlée avec test de provocation, effectuée à l’unité des vaccins et des maladies infectieuses (Vaccine & Infectious Disease Organization (VIDO)) de l’Université de la Saskatchewan, a encore démontré l’efficacité du vaccin anti-E. coli 0157 destiné au bétail et mis au point par la division Food Safety de la société en partenariat avec VIDO, l’Université de Colombie-Britannique et l’Alberta Research Council. Deux vaccins à l’échelle commerciale ont été évalués dans cette étude : un vaccin fabriqué par Bioniche et l’autre produit par l’Alberta Research Council – Biologics fermentation.

Soixante-douze (72) animaux ont reçu chacun trois injections du vaccin, à trois semaines d’intervalle, suivies par un seul test de provocation, composé de 1×109 ou un milliard de bactéries E. coli 0157, administré oralement deux semaines après la dernière injection du vaccin. L’efficacité du vaccin a été évaluée en observant le nombre de bactéries éliminées dans le fumier et le nombre d’animaux excrétant les bactéries après vaccination. Les deux vaccins ont fait preuve d’une considérable efficacité et la formule de vaccin commercial la plus efficace a donné 99,56 % ou 2,35 de réduction log de la quantité de bactéries éliminées, et une réduction de 70 % dans le nombre d’excrétions animales.

« Ces résultats sont très encourageants », a déclaré le Dr Dragan Rogan, vice-président, recherche et développement, Bioniche Life Sciences Inc. « Ce modèle de test de provocation utilise un nombre de bactéries beaucoup plus élevé que n’en verra jamais le bétail sur une ferme ou dans un parc d’engraissement. Le fait que le vaccin réduise l’excrétion d’E. coli dans le fumier après une dose aussi forte de bactéries est une confirmation supplémentaire du potentiel de cette technologie. Ces résultats confirment l’efficacité du vaccin déjà prouvée par les études précédentes dans un parc d’engraissement menées par l’Université du Nebraska au cours des deux derniers étés. »

Les bovins en parc d’engraissement auxquels on a injecté le vaccin E. coli 0157 durant les projets de recherche menés durant les étés 2002 et 2003 ont montré une réduction significative de la bactérie mortelle dans leur fumier. La vaccination des bovins en parc d’engraissement effectuée par l’Université du Nebraska a réduit la prévalence d’E. coli de plus de 80 % en moyenne, en comparaison avec les bovins non vaccinés.

Bioniche fait partie d’une alliance stratégique pour la commercialisation et la mise en marché dont les autres partenaires sont l’Université de Colombie- Britannique, l’Alberta Research Council et l’unité des vaccins et des maladies infectieuses de l’Université de la Saskatchewan. « Ce partenariat stratégique a mis au point un candidat-vaccin anti-E. coli 0157 qui est constant, efficace et commercialement viable », a affirmé Martin Warmelink, président de Bioniche Food Safety. « Ces nouvelles données seront soumises aux autorités de réglementation du Canada et des Etats-Unis dans le cadre du processus réglementaire et commercial. »

Infections aux E. coli
Les infections aux E. coli 0157:H7 (E. coli) peuvent survenir après avoir ingéré de la viande de boeuf qui aurait été contaminée pendant le traitement. Les légumes peuvent également être porteurs s’ils ont été arrosés avec de l’eau contaminée par l’E. coli ou s’ils ont été lavés avec de l’eau contaminée. Les personnes peuvent aussi être infectées en buvant de l’eau contaminée par les écoulements de fermes bovines ou des champs fertilisés au fumier ou encore en buvant du lait cru, non pasteurisé ou du jus de fruit contaminé par un fruit ou par de l’eau souterraine. Il est également possible d’être infecté par contact direct avec des personnes infectées, comme les membres de la famille, les employés de maisons de repos ou ceux des garderies. Nager dans de l’eau contaminée ou toucher des animaux infectés dans les zoos pour enfants et les fermes peut entraîner une infection à l’E. coli.

Chaque année, entre 1 200 et 1 700 cas d’infection d’humaine par l’E. coli sont déclarés au Canada. Ces dernières années, l’Agence canadienne d’inspection des aliments a fait de nombreux rappels de produits de boeuf contaminé par l’E. coli. En mai 2000, un ensemble meurtrier de phénomènes météorologiques et de défaillance mécanique dans une station d’épuration des eaux a entraîné la mort de sept personnes et des milliers de personnes sont tombées malades après que l’E. coli ait contaminé l’eau potable de Walkerton, en Ontario.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bioniche Life Sciences Inc.
http://www.bioniche.com/


Commentaires