Abandon de la DVG pour toutes les classes de blé en 2008

Ottawa (Ontario), 11 février 2008 – L’honorable Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, a annoncé l’abandon intégral de la distinction visuelle des grains (DVG) à titre de critère d’enregistrement des variétés pour toutes les classes de blé de l’Ouest canadien à compter du 1er août 2008.

« Les agriculteurs canadiens doivent avoir accès aux meilleurs produits de la phytotechnie et aux meilleures variétés culturales pour réussir et le gouvernement du Canada fait en sorte de leur procurer tous les avantages possibles, a souligné le ministre Ritz. L’abandon de la DVG permettra aux agriculteurs canadiens de mettre en valeur le potentiel des nouvelles variétés culturales adaptées à la nutrition du bétail et à la production de biocarburants. »

« Le gouvernement actuel est déterminé à travailler avec les agriculteurs, les manutentionnaires et les transformateurs pour maintenir l’assurance de la qualité et la compétitivité au niveau le plus élevé possible. »

La Commission canadienne des grains (CCG) a annoncé en juin 2006 que la DVG pour les classes secondaires de blé serait abandonnée à compter du 1er août 2008. L’annonce d’aujourd’hui fait en sorte que l’abandon de la DVG en 2008 s’appliquera à toutes les classes de blé de l’Ouest canadien, y compris le blé roux de printemps et le blé dur ambré de l’Ouest canadien.

L’abandon des exigences de DVG applicables à l’enregistrement et à la ségrégation des classes de blé favorisera la mise au point et l’enregistrement de nouvelles variétés de blé à haut rendement convenant à d’autres utilisations comme la production d’aliments pour animaux et de biocarburants, sans exiger que ces variétés se distinguent visuellement des blés de mouture. Le système d’enregistrement des variétés du Canada continuera d’inclure des exigences strictes en ce qui concerne la qualité, les caractéristiques agronomiques et la résistance aux maladies, de façon à protéger la réputation du Canada comme producteur de blé de qualité.

La CCG travaille en collaboration avec les représentants de l’industrie et des producteurs pour maintenir l’assurance de la qualité à la suite de l’abandon de la DVG. À cette fin, le gouvernement et l’industrie unissent leurs efforts pour mettre au point des technologies qui faciliteront l’identification rapide des variétés de blé.

Le système fondé sur la distinction visuelle des grains (DVG) permet la ségrégation rapide et économique des variétés de blé en différentes classes, selon les types de qualité, puisque l’apparence visuelle du grain est un indicateur de la qualité de transformation intrinsèque. Le Canada est le seul pays producteur de blé qui utilise la DVG à titre d’outil de ségrégation.

L’abandon de la DVG comme critère d’enregistrement des variétés applicable à toutes les classes de blé sera une mesure avantageuse pour les céréaliculteurs étant donné qu’ils auront un plus grand choix de variétés de blé à cultiver. Au cours des dernières années, les limites de la DVG sont devenues de plus en plus apparentes alors que de nouvelles variétés de blé étaient rejetées en raison de leur ressemblance avec une variété existante d’une autre classe. Cette pratique entravait la mise au point et l’enregistrement de variétés de blé présentant des caractéristiques de qualité améliorées pour les utilisations traditionnelles ou des caractéristiques de qualité différentes pour les nouvelles utilisations finales telles que la production d’éthanol et d’aliments pour animaux. L’abandon de la DVG permettra d’élargir l’éventail de produits du blé canadiens et de créer ainsi de nouveaux marchés pour le blé du Canada.

La DVG étant une politique gouvernementale, son abandon n’oblige pas à modifier la loi. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) amorcera la mise en oeuvre de cette mesure en éliminant l’exigence de DVG pour l’enregistrement des variétés. En outre, l’ACIA entreprendra de modifier le Règlement sur les semences pour retirer la DVG des exigences relatives à l’importation de semences.

L’abandon de toutes les exigences liées à la DVG à compter du 1er août 2008 encouragera l’industrie à mettre rapidement des systèmes en place au Canada afin de maintenir la confiance des acheteurs à l’égard de la qualité des grains.

La Commission canadienne des grains travaille en collaboration avec les représentants de l’industrie et des producteurs pour maintenir l’assurance de la qualité à la suite de l’abandon de la DVG. Les éléments du futur système, incluant le pouvoir d’exiger la déclaration des variétés dans le cadre des transactions de grains, font partie du projet de modifications législatives déposé à la Chambre des communes le 13 décembre 2007.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commission canadienne des grains (CGC)
http://www.cgc.ca/

Commentaires