Du blé dans le soya

Qui a dit qu’il fallait récolter son soya avant de semer son blé d’automne? À la Ferme EDPA, Raymond Durivage sème son blé d’automne à la volée dans son soya à 20 % de défoliation.

Le Bulletin.com a pu assister aux semis le 6 septembre dernier, à l’occasion d’une journée sur les engrais verts et cultures de couverture organisée par Plant-Prod Québec sur cette ferme de Saint-Édouard, en Montérégie-Ouest.

« C’est une technique qui est beaucoup plus facile qu’on s’attendait », a confié aux invités Raymond Durivage, qui venait d’ensemencer 230 hectares de blé en deux jours, à raison de 20 hectares à l’heure.

La Ferme EDPA a amorcé les essais en 2011. Notre producteur cherchait à introduire chez lui le blé d’automne, mais les lendemains de récolte de soya arrivaient généralement trop tard en saison.

« La technique est éprouvée », affirme aujourd’hui Carl Bérubé, agronome au club Agri-action de la Montérégie. Le blé d’automne de cette année a été une « hécatombe », reconnaît-il, mais l’établissement et la survie à l’hiver n’étaient pas en cause. Ce sont plutôt les pluies du milieu de l’été qui ont provoqué des problèmes de toxines.

Le semoir utilisé – un Exacta TL de Kverneland – sert aussi à semer du ray-gras et épandre des engrais. La semence de blé est projetée sur 120 pieds et les passages se font aux 90 pieds, dans les traces du pulvérisateur. Le soya n’est donc pas piétiné.

En perdant ses feuilles, le soya crée un paillis qui semble conserver l’humidité et favoriser la germination de la semence qui, contrairement à un semis traditionnel, se dépose en surface du sol.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires