John Deere : forte reprise des ventes de machinerie agricole

Illinois (États-Unis), 17 février 2004 – Deere & Company a communiqué un bénéfice net mondial de 170,8 millions $, ou 0,68 $ par action, pour le premier trimestre clos le 31 janvier, comparativement à un bénéfice net de 68,0 millions $, ou 0,28 $ par action l’an dernier.

« Nos résultats du premier trimestre reflètent l’amélioration de laperformance de notre division de machinerie agricole ainsi que de notredivision d’équipement forestier et de matériel de construction. Toutes lesdivisions de machinerie bénéficient de la conjoncture améliorée du marché etde la réponse positive constante de nos clients envers nos produits », adéclaré Robert W. Lane, président du conseil et chef de la direction.

« Concurremment, nos efforts visant à contrôler les coûts et les niveauxd’actifs portent des fruits. La performance récente indique clairement notreamélioration soutenue en tant qu’entreprise. »

Pour le premier trimestre, les ventes et les produits nets à l’échellemondiale ont grimpé de 25 % pour s’établir à 3,484 milliards $,comparativement à 2,794 milliards $ l’an dernier. Les ventes nettes desdivisions de machinerie se sont chiffrées à 2,912 milliards $ pour letrimestre, par rapport à 2,274 milliards $ pour le trimestre correspondant del’exercice précédent.

Sommaire des résultats liés aux divisions de machinerie
Toutes les divisions de machinerie ont enregistré de plus hauts volumesde ventes au cours du trimestre. En outre, l’effet de conversion des taux dechange et les meilleurs prix réalisés ont également eu une incidence favorablesur les ventes. Les ventes de machinerie aux Etats-Unis et au Canada ontaugmenté de 29 %. Les ventes nettes outre-mer ont grimpé de 26 % pour letrimestre. Si on fait abstraction de l’incidence des variations des taux dechange, les ventes outre-mer ont progressé de 10 % pour le trimestre. Cetteaugmentation est principalement attribuable à l’accroissement des ventes demachinerie agricole en Amérique du Sud et à l’amélioration du prix réalisé, eta été neutralisée en partie par un volume de ventes moins élevé en Europe.

Les activités de Deere liées à l’équipement ont permis de dégager unbénéfice d’exploitation de 198 millions $ pour le trimestre, comparativement à42 millions $ l’an dernier. Les résultats d’exploitation ne prennent pas encompte l’incidence des intérêts débiteurs, des impôts et de certaines autrescharges du siège social. La hausse du bénéfice d’exploitation estprincipalement imputable à l’accroissement du volume des ventes et à demeilleurs prix réalisés. Ces facteurs ont été neutralisés en partie par descharges liées aux prestations de retraite plus élevées, lesquelles se sonthissées à 28 millions $ pour le trimestre. Cette augmentation reflète unehausse anticipée des frais liés aux soins de santé au cours des prochainesannées ainsi qu’un taux d’actualisation moins élevé, et a été partiellementcontrebalancée par des améliorations liées aux nouvelles conventionscollectives de la société.

Matériel agricole
Les ventes de la division ont augmenté de 25 % pour le trimestre. Cette augmentation est principalement attribuable à l’augmentation des expéditions ainsi qu’à l’effet des taux de change et à l’amélioration des prix réalisés. Le volume des expéditions a grimpé de 14 % pour le premier trimestre par rapport à l’exercice précédent, ce qui reflète une solide demande sur le marché de la vente au détail. Les ventes liées aux activités canadiennes et américaines ont bénéficié des achats au détail à la fin de l’année civile, lesquels ont été influencés par les nouvelles dispositions fiscales des lois américaines relativement à l’amortissement accéléré. Les ventes outremer ont augmenté en raison de l’amélioration des marchés en Amérique du Sud et ont été partiellement neutralisées par le volume de ventes affaibli en Europe. Le bénéfice d’exploitation pour la division s’est fixé à 85 millions $ pour le trimestre, comparativement à 3 millions $ l’an dernier. Cette augmentation est principalement imputable à la hausse des ventes et des volumes de production à l’échelle mondiale ainsi qu’à des prix réalisés améliorés, et a été partiellement contrebalancée par des charges liées aux prestations de retraite plus élevées qui ont atteint 21 millions $.

Equipement commercial et résidentiel
Les ventes de la division ont augmenté de 18 % pour le trimestre. Cette augmentation est principalement due à une forte demande sur le marché de détail. Le bénéfice d’exploitation s’est chiffré à 20 millions $ pour le trimestre, comparativement à 23 millions $ l’an dernier. Ce déclin du bénéfice d’exploitation est principalement imputable à l’augmentation des coûts de soutien et de promotion liés aux nouveaux produits en prévision du printemps, qui est une saison importante pour la vente, ainsi qu’à l’incidence de l’affaiblissement du dollar américain sur les achats de pièces, et a été partiellement compensé par la hausse des ventes.

Equipement forestier et matériel de construction
Les ventes de la division ont progressé de 46 % pour le trimestre, surtout en raison des volumes plus élevés reflétant le regain de dynamisme dans les activités de détail. Le bénéfice d’exploitation a grimpé pour s’établir à 93 millions $ pour le trimestre, comparativement à 16 millions $ l’an dernier. Ces progressions sont surtout dues à des ventes et à des volumes de production plus élevés ainsi qu’à un gain de 30 millions $ découlant de la vente de Sunstate Equipment Co. en novembre 2003. Comme ce fut annoncé précédemment, la société a fait l’acquisition d’une part additionnelle de 42 % dans Nortrax, Inc. en décembre 2003 en échange d’une contrepartie de 112 millions $, ce qui accroît sa participation à 83 %. En conséquence, Nortrax, Inc. a été consolidée au sein de la division d’équipement forestier et de matériel de construction à compter du début de décembre 2003. Par suite de cette consolidation, Deere comptabilise désormais toutes les ventes et les profits liés à Nortrax comme du matériel vendu au détail. Ceci a eu une incidence défavorable se chiffrant à environ 15 millions $ sur le bénéfice d’exploitation pour le premier trimestre.

Les comptes clients et les stocks sont demeurés à des niveaux avantageux,ce qui va de pair avec les objectifs de gestion de l’actif de la société. A lafin du trimestre, les comptes clients totalisaient 2,838 milliards $, ce quicorrespond à 20 % des ventes de l’exercice, par rapport à 2,911 milliards il ya un an, soit 24 % des ventes à l’exercice précédent. La valeur des stockss’est établie à 2,170 milliards $, soit 19 % du coût des ventes de l’exercice,comparativement à 1,929 milliards $ il y a un an, ou 20 % du coût des ventesde l’exercice précédent. En se fondant sur un taux de change constant et sil’on ne tient pas compte de la consolidation de Nortrax, les comptes clientsont régressé d’environ 270 millions $.

Sommaire des activités de crédit
Le bénéfice net des activités de crédit s’est accru pour atteindre 76,4millions $ pour le trimestre, comparativement à 69,0 millions $ l’an dernier.Cette hausse découle principalement de la croissance des gains liée àl’augmentation du volume de ventes au détail de billets, à une réduction de laprovision pour les pertes sur prêts reflétant une amélioration duportefeuille, ainsi qu’à une croissance du portefeuille, et a étépartiellement atténuée par la hausse des frais administratifs.

Conditions du marché et perspectives
D’après les conditions et facteurs décrits ci-dessous, une augmentationde 18 % à 20 % des ventes pour l’exercice 2004 et un bénéfice net de 900millions $ à 1 milliard $ sont prévus. Deere prévoit actuellement que lesventes nettes d’équipement pour le deuxième trimestre 2004 progresserontd’environ 30 %. Les niveaux de production devraient augmenter de 18 % à 20 %pour le deuxième trimestre. Le bénéfice net à l’échelle de l’entreprise pourle deuxième trimestre de 2004 devrait être de l’ordre de 400 à 450 millions $.Si on fait abstraction de l’effet des devises et des prix, les ventesdevraient augmenter de 23 à 25 % pour le trimestre et de 12 à 14 % pourl’exercice.

Matériel agricole
Aux États-Unis, en raison de la stabilité des prix élevés des récoltes ainsi que des stocks de report favorables des marchandises agricoles, les revenus agricoles des Etats-Unis devraient demeurer élevés au cours de l’exercice. Les stocks de commodités clés comme le mais et le soya devraient être à leurs plus bas niveaux depuis de nombreuses années, à la fin de 2004, en raison de l’augmentation de la consommation et des exportations. En outre, de nouvelles dispositions fiscales permettant un amortissement accéléré devraient favoriser les ventes de machinerie agricole cette année. Les rentrées liées au bétail aux Etats-Unis devraient diminuer, comparativement aux niveaux records de l’an dernier, en raison d’une réduction des exportations de boeuf et des prix du boeuf liée aux inquiétudes relativement à la maladie de la vache folle. Malgré ces facteurs, les rentrées totales liées au bétail aux Etats-Unis devraient demeurer à des niveaux élevés. Par suite de ces conditions positives dans l’ensemble, et puisque les ventes pour le début de l’exercice ont affiché un dynamisme marqué, les ventes de détail dans l’industrie aux Etats-Unis et au Canada devraient progresser de 15 % à 20 % pour l’exercice 2004. Les ventes de détail de l’industrie en Europe de l’Ouest devraient demeurer stables ou afficher un léger recul ne dépassant pas 5 % pour l’année, surtout en raison de la baisse du revenu agricole, tout particulièrement dans le secteur du bétail, en raison de l’incidence d’une sécheresse survenue l’an dernier. Deere croit maintenant que les ventes de l’industrie en Amérique du Sud devraient croître de 5 % à 10 % en 2004. Cette hausse anticipée est fondée sur les conditions favorables au Brésil ainsi que sur l’extension des programmes de financements dans ce pays, ainsi qu’à l’amélioration enregistrée en Argentine et dans d’autres secteurs de cette région étendue. La conjoncture sur un autre marché important, soit l’Australie, continue de s’améliorer surtout en raison de conditions climatiques favorables. A l’échelle mondiale, on prévoit désormais que les ventes d’équipement agricole John Deere devraient bondir de 20 % à 22 % pour l’exercice et les volumes, de 13 % à 15 %.

Equipement commercial et résidentiel
Les ventes d’équipement commercial et résidentiel de John Deere devraient continuer à tirer parti du succès des nouveaux produits, particulièrement une gamme étendue de véhicules utilitaires. Par conséquent, les ventes de la division devraient progresser de 11 à 13 % pour l’exercice. Les marges complémentaires devraient se rétablir tout au long de l’année.

Equipement forestier et matériel de construction
L’activité de détail dans les secteurs de la construction et de la foresterie enregistre toujours une croissance marquée, principalement du fait de la vigueur de la demande des entrepreneurs et des entreprises de location autonomes en ce qui a trait aux produits de remplacement. Les ventes d’équipement de construction sont favorisées par la croissance économique et par un solide marché de l’habitation. Les ventes d’équipement forestier, qui devraient enregistrer une augmentation pour l’exercice tant en Amérique du Nord qu’en Europe, bénéficient des prix favorables de la pâte à papier et du bois d’oeuvre. Les ventes de l’industrie pour l’équipement de construction et forestier aux Etats- Unis et au Canada devraient progresser de 10 % à 15 % au cours de l’exercice. Si l’on tient compte de la consolidation de Nortrax, les ventes mondiales de Deere dans les secteurs de l’équipement forestier et du matériel de construction devraient augmenter de 20 à 22 % pour l’exercice.

Crédit
Bien que l’on s’attende à ce que lesactivités de crédit de Deere continuent de profiter de la croissance du portefeuille de prêts, il est prévu que le bénéfice net pour 2004 accuse un léger recul en raison de la diminution des gains sur les ventes des comptes créditeurs. La division anticipe un bénéfice net d’environ 300 millions $ pour l’exercice.

Le dynamisme croissant des marchés devrait aider à générer une meilleure performance
Le récent raffermissement de certains marchés clés ainsi que les mesurescourantes pour le contrôle des coûts et des niveaux d’actifs devraient aiderDeere à enregistrer de meilleurs résultats pour l’année. « Depuis un certaintemps, déjà, nous avons enregistré des améliorations en ce qui a trait àl’efficacité tout en accroissant le nombre de clients de John Deere partoutdans le monde », a déclaré M. Lane. « Notre tâche n’est pas terminée, en ce quiconcerne ces projets. Cependant, puisque d’importants marchés pour lamachinerie semblent connaître un regain, nous sommes persuadés de notrecapacité d’atteindre un nouveau niveau de performance et de fournir unemeilleure valeur pour nos investisseurs. »

John Deere Capital Corporation
Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale decrédit de la société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément auxexigences de présentation applicables à l’émission périodique de titresd’emprunt sur le marché public.

Le bénéfice net de JDCC s’est chiffré à 69,3 millions $ pour letrimestre, comparativement à 62,3 millions $ l’an dernier. L’augmentation dubénéfice net trimestriel est principalement attribuable à des gains plusélevés découlant de l’accroissement des ventes au détail de billets, à uneprovision moins élevée pour les pertes prêts reflétant l’amélioration duportefeuille, ainsi qu’à la croissance du portefeuille, et a été a étépartiellement neutralisée par l’augmentation des frais administratifs.

Le montant net des comptes clients et des contrats de location financéspar JDCC s’établissait à 11,426 milliards $ au 31 janvier 2004,comparativement à 11,423 milliards $ il y a un an. Les montants nets descomptes clients et des contrats de location gérés, y compris les comptesclients précédemment vendus, totalisaient 14,267 milliards $ au 31 janvier2004, comparativement à 13,732 milliards $ il y a un an.

Déclaration de la règle refuge en vertu de la Private SecuritiesLitigation Reform Act of 1995 :
Les déclarations du présent communiqué qui se rapportent aux périodesd’exploitation futures sont soumises à des risques et à des incertitudesimportants, qui pourraient entraîner un écart notable entre les prévisions etles résultats réels. Certains de ces risques et incertitudes peuvent entraînerdes répercussions sur des secteurs d’activités bien précis, tandis qued’autres peuvent avoir une incidence sur l’ensemble des activités de lasociété.

Ces énoncés prospectifs comportent certains facteurs pouvant fairel’objet de changements, y compris, pour le secteur de l’équipement agricole,les nombreux facteurs interdépendants qui peuvent influer sur la confiance desagriculteurs, notamment la demande mondiale des produits agricoles, les stocksmondiaux de céréales, les prix réalisés pour les produits de base et lebétail, les dépenses liées aux cultures agricoles (principalement les coûts ducarburant et des engrais), les conditions météorologiques et du sol, la valeurdes biens immobiliers, la surface disponible pour l’agriculture, le niveau, lacomplexité ainsi que la distribution des programmes agricoles gouvernementaux,les maladies du bétail (dont d’autres cas de maladie de la « vache folle », defièvre aphteuse et de fièvre aviaire), les parasites agricoles, le rendementdes récoltes et le volume des exportations de produits agricoles (notammentles préoccupations à l’égard des organismes génétiquement modifiés).

Parmi les facteurs pouvant avoir une incidence sur les activités de ladivision de l’équipement commercial et résidentiel de John Deere figurent laconjoncture économique générale aux Etats-Unis, la confiance desconsommateurs, leurs habitudes d’emprunt, ainsi que les conditionsmétéorologiques. Une autre condition importante est l’acceptation soutenue parles clients des nouveaux produits de la société, dont les nouveaux tracteursde pelouse de la série 100 et la gamme étendue de véhicules utilitaires. Lesventes de matériel commercial et résidentiel au cours de l’hiver subissentégalement l’incidence de la quantité et du moment des chutes de neige.

Le nombre de mises en chantier est particulièrement important pour lesventes de matériaux de construction de la société. En outre, la constructiond’édifices non résidentiels et publics a une incidence sur les résultats de ladivision équipement forestier et matériel de construction. Par ailleurs, lesprix de la pâte, du bois d’oeuvre et des panneaux de charpente ont des effetsnon négligeables sur les ventes d’équipement forestier.

L’ensemble des activités de la société subit les répercussions de laconjoncture économique générale et de la stabilité politique des marchésmondiaux où Deere exerce ses activités (notamment le Brésil, l’Argentine etles pays d’Amérique du Sud). En outre, les activités de la société subissentl’influence des politiques monétaires et fiscales de divers pays, des guerreset autres conflits internationaux ou de leur imminence, des mesures prises parle Federal Reserve Board et par les autres banques centrales des Etats-Unis,des mesures adoptées par la Securities and Exchange Commission , les mesuresdes organismes de réglementation environnementale, y compris en ce qui a traitaux émissions des moteurs et d’autres organismes de réglementation des Etats-Unis, des mesures prises par des agences de cotation, des crises touchant lesmarchés financiers, de la confiance des investisseurs, des taux d’inflation etde déflation, des taux d’intérêt et des taux de change, des habitudesd’emprunt et de remboursement des clients, ainsi que du nombre de prêts ensouffrance et des défauts de paiement. D’autres facteurs englobent lesstratégies des concurrents dans les divers secteurs d’activités de la société,notamment la réduction des prix, les pratiques des concessionnaires, surtouten ce qui concerne les niveaux de stocks d’équipement neuf et d’occasion, lesdifficultés liées à la production et à la technologie, notamment lescontraintes de capacité et les difficultés d’approvisionnement, les coûts etl’approvisionnement en pétrole et en énergie, les relations de travail, lamodification des normes comptables, l’incidence du terrorisme et les réactionsqu’il suscite, ainsi que les lois régissant les secteurs d’activités de lasociété. D’importantes fluctuations des coûts liés aux soins de santé et de lavaleur marchande des actifs de placement, qui se répercutent sur les chargesde retraite, peuvent également influer sur les résultats de la société.

Les prévisions de la société sont fondées sur des hypothèses liées auxfacteurs décrits précédemment. Ces hypothèses reposent parfois sur desestimations et des données préparées par des organismes gouvernementaux. Cesprévisions et données font l’objet de fréquentes mises à jour. Toutefois, lasociété ne s’engage d’aucune façon à actualiser ni à réviser ses prévisions àla lumière de nouveaux événements ou pour toute autre raison. Pour obtenir deplus amples renseignements sur la société et ses activités, de même que surles facteurs qui pourraient influer notablement sur ses résultats financiers,veuillez consulter le dernier rapport annuel de Deere & Company consigné surformulaire 10-K, et d’autres documents déposés auprès de la Securities andExchange Commission des Etats-Unis.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

John Deere
http://www.deere.com/

Commentaires