L’ALENA: Washington officialise la renégociation de l’entente

L’administration Trump est allée de l’avant dans son intention de renégocier l’ALENA en notifiant le Congrès. Cette annonce amorce un processus de consultation de trois mois avant les négociations avec ses partenaires, soit à la mi-août au plus tôt.

Les États-Unis ont déjà ciblé certains secteurs qui ont fait l’objet d’attaques verbales de la part du président américain, et même de frais de douane, soit les produits laitiers et le bois d’œuvre. Les automobiles et les produits pharmaceutiques  sont aussi dans la mire, tout comme le processus de résolution de conflits.  Le commerce électronique, inexistant lors de la signature en 1990, est mentionné. Il est aussi question des droits à la propriété intellectuelle, de la réglementation, des sociétés d’État, des services, des procédures douanières, des mesures sanitaires, du travail, de l’environnement et des petites et moyennes entreprises. L’administration vise, selon ses mots, un commerce libre et équitable », tout en mettant à jour des chapitres de l’accord « qui ne reflètent pas les normes modernes ».

Selon Radio-Canada, il faudra attendre juillet pour connaître les détails des demandes de Washington. En vertu des procédures contenues dans l’ALENA, les parties disposent de 30 jours avant le début formel des négociations pour préciser leurs objectifs.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a fait valoir par communiqué que l’accord avait favorisé la croissance économique et la création d’emplois au Canada et partout en Amérique du Nord. « Neuf millions d’emplois américains reposent sur le commerce et l’investissement avec le Canada. Nos économies et chaînes de valeur intégrées soutiennent des millions d’emplois d’un bout à l’autre du continent », a ajouté la ministre. Elle a de plus signalé qu’elle consulterait la population tout en étant résolue « à favoriser le libre-échange sur le continent nord-américain et à faire en sorte que toute la population canadienne bénéficie des avantages du commerce. »

Elle a déclaré que le Canada se trouvait à un tournant qui nous offre la possibilité de déterminer comment faire de notre mieux pour rendre l’ALENA conforme aux nouvelles réalités – et pour intégrer des approches progressistes, libres et justes en matière de commerce et d’investissement. »

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires