Le PTP serait signé par les 12 pays en février 2016

Le Partenariat transpacifique (PTP) serait entériné par les pays inclus dans l’entente le 4 février prochain en Nouvelle-Zélande, selon Fox News. Les pays signataires auraient rédigé une déclaration commune en marge du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique à Manille aux Philippines. Les pays auraient deux ans pour ratifier l’entente. Le président américain aurait mené les discussions menant à cette conclusion.

Les spéculations se poursuivaient sur l’avenir du PTP depuis que le gouvernement libéral a repris les rennes de l’ancienne administration à Ottawa. Le premier ministre Justin Trudeau assiste depuis plusieurs jours à d’importants sommets internationaux. Il a eu l’occasion de rencontrer le président américain Barak Obama pour une discussion bilatérale lors du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique aux Philippines. Si le gouvernement canadien maintien qu’il souhaite réviser l’entente avant de s’avancer, le président américain a pour sa part annoncé que le Canada signerait bientôt l’entente, tout comme les États-Unis. Barak Obama a d’ailleurs pressé les autres pays inclus dans l’entente à apposer leur signature le plus tôt possible.

Articles connexes

Cette nouvelle succède à un autre développement au sujet du PTP. La ministre du Commerce international, Chrystia Freeland, a indiqué en marge du même sommet que le plan de compensation adopté par les conservateurs fait l’objet d’un examen par le ministre de l’Agriculture Lawrence MacAulay et le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains. Le gouvernement Harper avait annoncé un plan de compensation d’une somme de 4,3G sur 15 ans visant à contrer la perte de revenus causée par l’ouverture des marchés canadiens aux produits laitiers et à la volaille. L’aide incluait également les impacts anticipés par l’ouverture des marchés à la suite de l’entente de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

Sylvain Charlebois, qui est professeur à l’Université Guelph, a de plus indiqué en entrevue que le PTP pourrait signifier davantage que les pourcentages de 3,5% d’ouverture des produits laitiers étrangers au marché canadien. Selon lui, un pourcentage supplémentaire de 3,5% serait autorisé sur cinq ans, ce qui signifie que les importations par le biais du PTP se traduiraient par le remplacement de 250 millions de litres de lait canadien par des produits venant de l’étranger. En somme, le PTP signifierait une ouverture des marchés de l’ordre de 4%, ce qu’il estime non-négligeable. L’entente n’est pas claire également au sujet des importations de protéines laitières utilisées par les transformateurs, un enjeu important pour l’industrie laitière canadienne.

Source: Truth about Trade & Technology

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires