Le portrait du commerce mondial du maïs redessiné

L’augmentation continue de la classe moyenne chinoise poussera la demande pour les viandes et pour les grains servant à alimenter le bétail.

Cette nouvelle réalité fera de la Chine le plus grand importateur de grains de maïs du monde devançant le Japon qui occupe la position du principal acheteur de cette céréale. Cette nouvelle dynamique commerciale sera effective d’ici 2014, nous apprennent les analystes.

Selon de récentes données compilées par le USDA, les achats de la Chine pourraient quadrupler cette année par rapport à l’année dernière pour atteindre 4 millions de tonnes.

La pression sur les stocks de maïs augmente depuis quelques années notamment depuis la mise en place de la politique américaine sur la production d’éthanol. Des pays importateurs, tels que le Japon, sont tentés de se tourner vers d’autres pays afin de payer moins cher, selon une dépêche de Bloomberg. Le Japon, qui a acheté pour 55 000 tonnes de maïs en Ukraine l’année dernière, s’y approvisionnera pour 1,5 million de tonnes cette année. Les importations japonaises en provenance du Brésil ont cru de 46 % l’année dernière et cet acheteur se tourne de plus en plus vers l’Afrique pour s’approvisionner.

En Inde, en Chine et dans les autres pays aux économies émergentes, plus d’un milliard de personnes pourraient joindre la classe moyenne d’ici 2020.

En 2012, la Chine devenait le plus important pays producteur d’alimentation animale, dépassant les États-Unis. Pour lire cette nouvelle publiée en février sur notre site, cliquer ici.

Commentaires