Mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole : l’UPA et la Fondation de la faune du Québec lancent un programme innovateur

Québec (Québec), 13 janvier 2005 – C’est avec beaucoup d’enthousiasme que l’Union des producteurs agricoles (UPA) et la Fondation de la faune du Québec (Fondation) ont annoncé qu’elles s’associaient pour lancer un programme innovateur destiné à la mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole.

Le programme débutera dès cette année, avec comme premier partenaire économique la Financière agricole du Québec. De concert avec les instigateurs, soit l’UPA et la Fondation, les ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs (MRNFP), de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) ainsi que de l’Environnement entendent contribuer techniquement ou financièrement au programme dont l’enveloppe budgétaire est évaluée à 8 M$ sur cinq ans.

« Nous sommes très heureux du vif intérêt de nos partenaires à vouloir concrétiser ce programme environnemental. Le dynamisme exprimé est de très bon augure pour la réussite du projet », a déclaré le président-directeur général de la Fondation de la faune du Québec, M. Bernard Beaudin.

S’échelonnant sur une durée de cinq ans afin d’assurer la complète réalisation des projets identifiés en 2005, chacune des initiatives correspondra à un véritable laboratoire d’apprentissage et d’expérimentation des techniques de protection et d’amélioration pour les habitats fauniques en milieu agricole. Allant de la végétalisation des berges à la création de frayères de poissons, les 5 à 10 projets retenus permettront le développement de modèles durables d’aménagement agriculture/faune pour les petits et moyens cours d’eau, à l’échelle d’un bassin versant à prédominance agricole. « Nous comptons d’ailleurs recevoir des projets provenant de différentes régions agricoles du Québec et touchant diverses problématiques », a précisé M. Beaudin.

Pour le président général de l’UPA, ce projet s’inscrit parfaitement dans la foulée de toutes les actions agroenvironnementales entreprises depuis plus de 10 ans dans le secteur agricole.

« Ce programme est une plus-value qui nous permettra d’obtenir des résultats concrets rapidement, l’horizon de réalisation étant de 5 ans. Qui plus est, ce programme ralliera autour d’objectifs communs des intervenants terrain du monde agricole, tels que des producteurs, des clubs-conseils en agroenvironnement et des fédérations de l’UPA. À ceux-ci se joindront des partenaires du monde municipal, des institutions d’enseignement ainsi que des organismes environnementaux et fauniques », a expliqué le président de l’UPA, M. Laurent Pellerin.

L’UPA et la Fondation invitent donc les organismes agricoles à soumettre leur projet, et ce, avant le 10 mars 2005. Ces derniers devront contenir, entre autres, la description des activités agricoles, environnementales et fauniques qu’ils envisagent mettre en oeuvre et respecter les critères d’admissibilité. Les formulaires seront bientôt accessibles sur les sites Internet des deux organisations.

Les initiatives développées et les techniques innovatrices mises de l’avant par chacun des promoteurs de projets feront l’objet d’un suivi périodique et d’un bilan qui permettront l’élaboration d’un guide de mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole. Ce guide servira par la suite comme ouvrage de référence pour tout autre projet ayant les mêmes objectifs que ceux prônés par le programme. « Le milieu agricole abrite une faune abondante et diversifiée. Sa mise en valeur aura des retombées indéniables sur les plans environnemental et social », a conclu le président-directeur général de la Fondation, M. Beaudin.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fondation de la faune du Québec
http://www.fondationdelafaune.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires