Portrait de la transformation du lait

Comment se porte l’industrie de la transformation de lait ? Un recensement effectué par le Conseil des industriels laitiers du Québec (CILQ) trace un premier portrait des petits et grands transformateurs de lait de vache, chèvre et brebis de la province.

L’enquête confirme que l’industrie des fromages s’est développée rapidement en peu de temps. Ainsi, plus du tiers des entreprises de transformation de lait de vache, de chèvre ou de brebis comptent moins de dix ans et 66 % ont été créées depuis 1991.

Les très grandes entreprises transforment 85% des laits alors que les petites entreprises de types petite fromagerie fermière familiale, qui représentent environ les deux tiers des entreprises en nombre, traitent moins de un million de litres de lait annuellement.

Du côté de la production biologique, 17 entreprises (10 vaches, 6 chèvres et une brebis) détiennent une certification. Une dizaine d’autres seraient en voie de l’obtenir.

Au niveau de la mise en marché, la majorité des transformateurs possèdent un comptoir de vente sur les lieux de production (81 sur 107). Mais c’est dans les grandes surfaces de distribution et dans les boutiques spécialisées que sont vendus les plus grands volumes.

Au Québec, 9000 personnes travaillent dans l’une ou l’autre des usines de transformation laitière (fromage, yogourt, lait, crème glacée, beurre, crème, etc.) confirmant qu’elles sont d’importants vecteurs économiques en région notamment dans le Centre-du-Québec, en Montérégie, dans les Cantons-de-l’est et au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

L’étude disponible en cliquant ici contient également des données financières qui permettront aux entreprises du secteur de savoir comment elles se situent par rapport aux autres. Elle a également permis de faire ressortir les difficultés financières auxquelles sont confrontées les entreprises de transformation de lait de chèvre.

Commentaires