Premium Brands conclut le dessaisissement de sa division de porc frais

Vancouver (Colombie-Britannique), 19 avril 2001 – Premium Brands Inc. (FFF à la Bourse de Toronto) a communiqué aujourd’hui ses résultats pour le quatrième trimestre et l’exercice clos le 30 décembre 2000. Pour le trimestre, le chiffre d’affaires a progressé de 18 p. 100, en dépit d’un conflit de travail à l’usine de transformation de la Société à Vancouver et de la vente de sa division des salades le 5 août 2000. Pour l’exercice, le chiffre d’affaires de la Société s’est accru de 63,7 millions $ pour d’établir à 501,7 millions $.

Les prix du porc élevés en Amérique du Nord ont fait subir des pertes importantes à la division de porc frais de la Société. Ces pertes, conjuguées à une charge de 10,6 millions $ liée au conflit de travail à l’usine de Vancouver et au réalignement des différentes chaînes de fabrication, se sont traduites par une perte nette pour le trimestre de 7,3 millions $ ou 0,92 $ par action. Pour l’exercice, la combinaison des piètres résultats de la division de porc frais et de la charge de 10,6 millions $ a entraîné une perte nette de 5,8 millions $ ou 0,74 $ par action.

Le 17 avril 2001, la Société a conclu la vente de sa division de porc frais à Olymel S.E.C, société en commandite, pour un produit de quelque 90 millions $. Pour le premier trimestre de 2001, Premium tirera un gain net de la transaction d’environ 23 millions $ ou 2,71 $ par action. Concurremment avec la vente, Premium Brands et Olymel ont conclu une entente d’approvisionnement de sept ans qui garantit aux unités de transformation de viande de la Société un accès à des approvisionnement de porc frais de première qualité.

Le 11 avril 2001, la Société a annoncé la signature d’une convention collective quinquennale avec la section locale 1518 de l’Union internationale des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce, qui représente les employés syndiqués de l’usine de Vancouver. La nouvelle entente, de concert avec un réalignement de la production dans plusieurs des usines de la Société, devrait générer des bénéfices d’environ 3,5 millions $ par année et contribuera grandement à faire de l’usine de Vancouver un fabricant à faible coût de produits à base de viande transformée.

« Avec la vente de la division de porc frais et le règlement du conflit de travail à l’usine de Vancouver, notre société se retrouve dans une situation propice à la croissance », a souligné le président de chef de la direction, Fred Knoedler.

« Nous allons dorénavant nous employer à raffermir nos activités de produits de marque grand public et de distribution qui, toutes deux, ont toujours été caractérisées par une croissance solide et des marges bénéficiaires à la hausse », a déclaré M. Knoedler.

A cours du trimestre, le chiffre d’affaires de la division de distribution de la Société a bondi de plus de 150 p. 100 pour s’établir à 15,7 millions $, tandis que son bénéfice brut est passé de 2,0 millions $ en 1999 à 5,3 millions $. Pour l’exercice, le chiffre d’affaires de la division de distribution a augmenté de près de 100 p. 100 pour s’élever à 47,0 millions $ alors que son bénéfice brut, en tant que pourcentage du chiffre d’affaires, a augmenté de 32,5 p. 100 en 1999 à 37,1 p. 100.

Pour le trimestre, le chiffre d’affaires et le bénéfice brut de la division des aliments préparés ont diminué de 10,3 p. 100 et de 15,3 p. 100 respectivement, en raison du conflit de travail à l’usine de Vancouver et à la vente des activités de préparation de salades de la division plus tôt au cours de l’exercice. Pour l’exercice, ces facteurs ont donné lieu à une hausse de 1,2 p. 100 et de 6,9 p. 100 du chiffre d’affaires et du bénéfice brut respectivement de la division. En faisant exclusion des résultats liés aux activités de préparation de salades pour 1999 et 2000, la division des aliments préparés aurait vu son chiffre d’affaires augmenter de 8,3 millions $, ou de 4 p. 100 et son bénéfice brut diminuer de 2,5 p. 100.

Le rendement de la Société a également été influencé par l’accroissement des frais de ventes, généraux et administratifs, qui était presque entièrement attribuable à une hausse des frais généraux liée à l’expansion de ses circuits de distribution exclusifs.

« La combinaison de nos grandes marques et de nos circuits de distribution exclusifs uniques va nous permettre de poursuivre notre croissance à deux chiffres et, à mesure que nos circuits de distribution atteindront une masse critique, de générer des marges d’exploitation durables et vigoureuses, a précisé Will Kalutycz, directeur financier. En outre, nous entrevoyons de nombreuses possibilités de faire fructifier l’avoir de nos actionnaires au moyen de transactions stratégiques », a ajouté M. Kalutycz.

Après un redressement pour prendre en compte les pertes liées à la division du porc frais et la nouvelle initiative de livraison à domicile de la Société (Goodlife Foods), ainsi que la normalisation des effets du conflit de travail à l’usine de Vancouver, le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (BAIIDA) de Premium Brands pour l’exercice 2000 se serait élevé à quelque 15 millions $.

« Les avantages découlant du règlement récent du conflit de travail à l’usine de Vancouver juxtaposés aux fortes possibilités de croissance touchant nos diverses unités d’exploitation devraient nous permettre d’accroître notre BAIIDA considérablement en 2001 », estime M. Kalutycz.

« La vente de la division du porc frais a représenté un jalon important du processus permanent entamé par la Société relativement aux alternatives stratégiques permettant de générer de l’avoir pour les actionnaires et de le faire fructifier », a indiqué Richard Klassen, président du conseil de Premium Brands. « Nos activités restantes sont maintenant dans une situation idéale pour tirer parti des tendances actuelles de l’industrie de l’alimentation nord-américaine », a conclu M. Klassen.

Premium Brands s’occupe de transformation des aliments depuis 1917; elle possède des usines de fabrication en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et dans les Etats de Washington et de l’Oregon.

Commentaires