Ligne de temps

Prévisions de la prochaine décennie en agriculture

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévoient que la demande pour les céréales animales s’accentuera dans les prochaines années en raison de la plus grande consommation de viande de la part des populations des pays émergents. Cette conclusion est tirée de leur rapport quant aux perspectives conjointes des marchés agricoles pour la période de 2014 à 2023.

Si la tendance se maintient, l’OCDE et la FAO prévoient que la production agricole mondiale devrait favoriser les secteurs liés aux viandes et à l’alimentation animale dans les dix prochaines années, comparativement aux cultures destinées à l’alimentation humaine.

La raison vient tout simplement des changements d’habitude de consommation des pays émergents dont les populations adoptent de plus en plus la viande à leur menu. Ce sont les régions en développement, dont l’Asie et l’Amérique latine, qui assureront plus de 75 % de l’accroissement de la production agricole mondiale au cours des 10 prochaines années.

Les deux organismes dégagent une autre tendance, soit une diminution des prix des céréales après la flambée des années 2010-2012. Les meilleurs rendements des récoltes un peu partout sur le globe regarnissent les stocks, ce qui aura pour effet de jeter du lest sur les pressions exercées sur les cours des céréales et oléagineux. Le secteur devrait tout de même connaitre une croissance mondiale de 15% en raison de la demande.

Les analystes de l’OCDE et de la FAO estiment qu’il faudra près de 160 millions de tonnes supplémentaires d’aliments pour animaux en 2023. La demande de céréales pour l’alimentation animale, essentiellement le maïs, devrait alors s’accroître de 20 %. Parallèlement, la demande de blé et celle de riz utilisés surtout pour l’alimentation humaine, devraient s’accroître respectivement de 12 % et de 15%. Durant la décennie 2014-2023, la culture d’oléagineux devrait croître de près de 26 %.

Les prix des viandes devraient demeurer plus élevés que leur valeur moyenne des années passées. Le cheptel bovin en Amérique du Nord est à son plus bas depuis des décennies et sa reconstitution prendra quelques années.

La viande de porc est actuellement le produit carné qui dont le prix augmente le plus à l’échelle mondiale, si bien que l’offre devrait augmenter de 15 % d’ici 2023. La viande de volaille devrait tout de même détrôner d’ici 2023 celle de porc en terme de consommation puisque les viandes blanches demeurent moins coûteuses.

Source: Bio-Clips

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires