Publication d’un manifeste pour la protection du territoire agricole

Québec (Québec), 29 novembre 2005 – La Coalition pour la protection du territoire agricole a rendu public un manifeste plaidant en faveur de la sauvegarde des terres cultivables.

Au Québec, la proportion du territoire propice à l’agriculture est à peine de 2 %. La zone agricole est plus que jamais en butte aux pressions de l’urbanisation, et c’est encore plus vrai en milieu périurbain; les statistiques en font foi régulièrement. Durant la seule période 1987-1992, elle a fait l’objet d’une révision où plus de 200 000 ha de terres agricoles lui ont été soustraits. Depuis lors, plus de 43 000 nouveaux hectares ont été exclus ou utilisés à des fins autres qu’agricoles et, chaque année, c’est quelque 4 400 hectares qui sont perdus en zone agricole. À ce rythme, c’est l’équivalent de la superficie de l’Île de Montréal qui est amputé de la zone agricole pour des usages urbains à tous les dix ans.

« La préservation de la base territoriale pour la pratique de l’agriculture et le développement des activités agricoles constitue l’assise fondamentale sur laquelle reposent la croissance et le dynamisme de notre agriculture. Nous en appelons donc à la sauvegarde du patrimoine cultivable pour le bénéfice des générations actuelles et futures, autant celles qui cultivent que celles qui mangent », de déclarer M. Laurent Pellerin, président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), qui faisait cette déclaration en tant que porte-parole de la Coalition.

On ne peut faire abstraction des considérations d’ordre sociétal lorsqu’il est question de territoire agricole. Les Québécois dans leur quasi-totalité, soit 98 % (sondage SOM, février 2004), s’attendent à ce qu’on protège les terres agricoles et la grande majorité d’entre eux (65 %) les veut même mieux protégées.

Rappelons que le manifeste de la Coalition pour la protection du territoire agricole a été entériné par d’importants intervenants de la société civile préoccupés par l’avenir du territoire agricole québécois, soit la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN), l’Association professionnelle des chauffeurs de camion et Coop des camionneurs, la Fondation québécoise en environnement, Nature Québec / UQCN, Équiterre, Greenpeace, le Conseil régional de l’environnement de Montréal, La Coop fédérée et l’Union des producteurs agricoles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil central du Montréal métropolitain (CSN)
http://www.total.net/~ccmm2/

Équiterre
http://www.equiterre.qc.ca/

Fédération des travailleurs du Québec (FTQ)
http://ftq.qc.ca/

Fondation québécoise en environnement
http://www.fqe.qc.ca/

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

La Coop Fédérée
http://www.coopfed.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Union québécoise pour la conservation de la nature (UQCN)
http://www.uqcn.qc.ca/

Commentaires