Renforcement du Programme de planification environnementale à la ferme à l’Île-du-Prince-Édouard

Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard), 19 août 2004 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, l’honorable Andy Mitchell, a annoncé l’octroi de fonds fédéraux d’une valeur de 828 600 $ pour le renforcement du Programme de planification environnementale à la ferme, une initiative du gouvernement du Canada et de la Fédération de l’agriculture de l’Île-du-Prince-Édouard.

Le nouveau programme, dont la prestation sera assurée par la Fédération, offrira un soutien technique aux agriculteurs de l’Île-du-Prince-Édouard aux fins d’élaboration de plans environnementaux des fermes (PEF) plus exhaustifs. Actuellement, l’Île-du-Prince-Édouard est le chef de file dans ce domaine au pays puisque environ 75 p. 100 des agriculteurs de cette province ont déjà élaboré des plans environnementaux des fermes pour améliorer la performance environnementale de leurs opérations.

Le financement du programme de renforcement des PEF est assuré par le Cadre stratégique pour l’agriculture, un accord entre le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et les gouvernements territoriaux visant à faire du Canada un chef de file mondial en matière de production écologique de produits alimentaires.

« Je suis heureux de compter la Fédération comme partenaire pour aider les agriculteurs à mieux gérer nos ressources terrestres et hydriques dans l’intérêt de tous les Canadiens, dit M. Mitchell. Cet accord fournit aux agriculteurs de l’Île-du-Prince-Édouard des outils additionnels pour atteindre leurs objectifs de performance environnementale. »

« Le leadership de l’industrie dans la prestation de ce programme représente un pas dans la bonne direction pour les agriculteurs de l’Île, affirme Robert MacDonald, président de la Fédération de l’agriculture de l’Î.-P.-É. Outre la protection de l’environnement, nous prévoyons que l’amélioration de la gérance environnementale à la ferme entraînera une amélioration de la salubrité des aliments en provenance des exploitations agricoles de l’Île-du-Prince-Édouard. »

En plus du soutien technique prévu par le programme, le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard assurera un soutien complémentaire dans le cadre du Sustainable Resource Conservation Program (SRCP), lequel prévoit un soutien financier et technique pour aider les agriculteurs admissibles à mettre en oeuvre les mesures énumérées dans leurs plans environnementaux respectifs.

« Au cours des cinq dernières années, mon ministère, de concert avec les agriculteurs de l’Île, a investi 15 millions de dollars aux fins de protection de l’environnement, souligne le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries, de l’Aquaculture et des Forêts de l’Île-du-Prince-Édouard, Kevin MacAdam. Nous pensons qu’il s’agit d’une bonne affaire et nous sommes heureux de maintenir notre collaboration dans le cadre de cette initiative dirigée par l’industrie. »

La planification environnementale à la ferme est un processus volontaire et confidentiel. Les agriculteurs qui participent au programme sont invités à assister à un atelier régional d’une journée consacré à la planification environnementale. À cette occasion, les agriculteurs reçoivent un manuel de planification environnementale qu’ils peuvent utiliser pour effectuer une évaluation des risques pour l’environnement liés à leur exploitation agricole. À la lumière de cette évaluation, les agriculteurs élaborent un plan d’action pour atténuer les impacts sur l’environnement. Ils soumettent ensuite leur plan à un planificateur environnementaliste agréé de la Fédération de l’agriculture de l’Î.-P.-É. qui en fait un examen confidentiel.

Après avoir établi un plan environnemental complet et l’avoir fait approuvé, les agriculteurs peuvent faire une demande d’incitatifs financiers dans le cadre du SRCP. Ce programme prévoit une aide financière pour la réalisation de divers travaux, dont l’entreposage du fumier, l’érection de clôtures pour le bétail et l’approvisionnement en eau du bétail, la construction de structure de contrôle de l’érosion des sols, la culture en bandes, l’entreposage de carburants, le compostage de cadavres d’animaux, la gestion des déchets de laiterie, la plantation de haies et l’aménagement des zones riveraines, et la mise en oeuvre de protocoles de lutte intégrée contre les ravageurs de certaines cultures de légumes et de fruits.

Ce soutien contribue à la mise en oeuvre de pratiques de gestion bénéfiques (PGB) à la ferme, lesquelles réduisent les risques pour l’environnement énumérés dans le plan d’action des agriculteurs. Le montant de l’aide financière consentie varie selon les PGB mises en oeuvre. Les agriculteurs touchent les montants prévus après une vérification visant à confirmer l’application des mesures de gestion bénéfique en question.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’initiative de renforcement du Programme de planification environnementale à la ferme Canada-Île-du-Prince-Édouard, les agriculteurs peuvent communiquer avec Karen Murchison, coordonnatrice des PAF à la Fédération de l’agriculture de l’Î.-P.-É., en composant le (902) 368-7289.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires