Un rendez-vous fort prometteur pour le Québec

Saint-Hyacinthe (Québec), 18 octobre 2001 – « Je salue le dynamisme et la détermination qui caractérisent les partenaires présents à ce rendez-vous fort prometteur pour le Québec. Des engagements fermes et novateurs y ont été confirmés. Ils constituent la pierre angulaire du développement du secteur agricole et agroalimentaire et en feront le chef de file des secteurs industriels pour ce qui est de l’emploi et de la valeur des ventes », a déclaré le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, à l’issue du Forum sur l’agriculture et l’agroalimentaire québécois qui s’est déroulé à Saint-Hyacinthe les 17 et 18 octobre.

Devant une salle réunissant près de 500 partenaires du monde bioalimentaire, le premier ministre s’est félicité de cette initiative qui a permis au secteur de marquer un temps d’arrêt pour faire le point sur l’état de ses moyens et de mieux s’outiller afin de relever avec assurance les défis qu’il doit affronter. Il a de plus confirmé, au terme d’échanges fructueux, les consensus conclus notamment à l’égard de la transformation alimentaire, de la qualité des aliments et de l’agroenvironnement.

Sur la transformation alimentaire

Dégagement de près de 200 millions de dollars pour jeter les bases d’une toute nouvelle politique de transformation alimentaire.

Adaptation de l’appui financier de SGF-SOQUIA, Investissement Québec, La Financière agricole du Québec aux particularités des PME.

Création d’un comité, présidé par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, qui sera chargé de piloter la réalisation de la politique de la transformation. (Ce comité sera composé des partenaires de la chaîne bioalimentaire.)

Nouvelles mesures totalisant 14 M$ et permettant de bonifier la formation en technologie de la transformation des aliments ainsi que de moderniser les équipements utilisés dans le cadre de cette formation.

Coordination de trois chantiers sur la capitalisation et le financement des coopératives agroalimentaires, l’accès aux marchés et les produits alimentaires de niche et du terroir.

Sur la qualité des aliments

Implantation de la traçabilité dans l’ensemble de la filière bovine d’ici 2005.

Mise en place d’un système d’assurance de la qualité pour les produits québécois à tous les niveaux de la chaîne bioalimentaire.

Création d’un « Groupe Qualité » relevant du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, qui sera formé notamment d’associations de consommateurs et de consommatrices et dont le mandat sera de voir à l’application des engagements.

Sur l’agroenvironnement

Mise sur pied d’un comité mandaté pour définir une stratégie précisant les objectifs et les moyens à mettre en place, de 2003 à 2010, afin de réduire la pollution ponctuelle et diffuse, d’améliorer la qualité de l’eau en zone rurale et de traiter les fumiers.

Construction de plus 1000 structures d’entreposage des fumiers pour l’année 2002-2003

Développement d’un système de certification environnementale des fermes d’ici 2005.

Poursuite des efforts en matière de recherche-développement, de transfert technologique et de formation, afin de favoriser l’adoption de pratiques respectueuses de l’environnement.

Implantation de l’écoconditionnalité, à compter de 2003, en débutant par le secteur porcin.

Dépôt, d’ici la fin de 2001, du projet de modernisation de la réglementation relative à la pollution d’origine agricole.

Un large éventail de mesures

« Ce large éventail de mesures annoncées aujourd’hui permettra d’optimiser la position du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Fleuron socio-économique de plusieurs régions du Québec, notre secteur partage une énorme responsabilité dans sa démarche de création d’emplois. Il peut compter sur l’appui du gouvernement pour l’épauler dans ses projets et pour répondre aux exigences de la population québécoise notamment au regard d’aliments sains produits dans un environnement de qualité », a conclu le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires