Un scénario La Nina encore possible

Est-ce que le phénomène météo La Nina se pointera ou non le bout du nez pour cet hiver? La question qui est dans l’air depuis l’été demeure encore entière, admettent les scientifiques qui étudient le climat. Le dilemme repose dans le fait que certains critères sont en place alors que d’autres sont absents pour conclure à un scénario La Nina. Entre autres, la température de l’océan Pacifique est trop élevée en ce moment pour pencher dans cette direction. Ce facteur est essentiel au développement de La Nina

C’est pourquoi la National Oceanic and Atmospheric Administration avance des prévisions de 55 à 65% en faveur du développement du phénomène météo pour l’automne 2017 et l’hiver 2018. L’équipe de l’agence gouvernementale américaine se dit toujours en état de surveillance tout en ajoutant que les modèles météo pointent majoritairement vers une absence de La Nina.

La Nina favorise l’éclosion de tempêtes et d’ouragans dans l’océan Atlantique et la côte est des États-Unis. En hiver, des températures plus élevées dans le sud des États-Unis sont davantage susceptibles de se produire, tout comme des températures sous les normales en Alaska et dans l’ouest du Canada. Il n’existe pas de lien direct entre La Nina et le Québec, surtout si le phénomène est faible, mais il se pourrait que l’hiver soit plus neigeux puisque les dépressions présentes aux États-Unis remontent ver l’Ontario et le Québec.

 

 

Source: National Oceanic and Atmospheric Administration, Météo Média

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires