Vers une ubérisation de l’agriculture?

Un accès à Internet plus facile, des avancés technologiques; tous ces éléments se sont combinés pour modifier l’accès à des services par les utilisateurs. Uber en est un exemple, tout comme AirBnb. Ces derniers proposent respectivement des services de transport et d’hébergement d’un particulier à un autre.

Wikiagri s’est penché sur le concept en agriculture. Selon l’agro-économiste Jean-Marie Séronie, l’ubérisation serait plutôt favorable aux agriculteurs qui disposent de temps et de compétences à offrir. Ils pourraient ainsi offrir leurs services pour différents travaux ainsi que du conseil et de l’accompagnement. Ce nouvel accès à des services aiderait à réduire les coûts et à développer de nouveaux services.

Des exemples existent déjà. Une application appelée Hello Tractor au Nigeria permet de retracer le tracteur le plus proche grâce au GPS dont est équipé l’équipement. Des particuliers offrent aussi leurs installations aux particuliers pour y loger leurs poules pondeuses, comme le site Rent the chicken aux États-Unis en Pennsylvanie.  Selon Wikiagri, « les poules peuvent être louées d’avril/mai à octobre/novembre à un tarif variable selon le nombre de poules. Le service comprend également un petit poulailler, des aliments pour les poules et un manuel ».

Wikiagri mentionne un autre aspect lié à un type d’ubérisation qui pourrait avoir plus d’impact. Ce phénomène est lié à une insatisfaction face à une offre en situation de monopole, ou encore dans une situation où les consommateurs doivent faire affaire à des intermédiaires alors que le rapport qualité-prix est trop élevé, ou la qualité du service déficient. Dans le cas de l’industrie agroalimentaire, une certaine méfiance a conduit à proposer aux consommateurs des alternatives aux protéines animales avec des viandes artificielles, des produits à base de micro-algues ou d’insectes, et des produits à base d’« œufs », conçus à base de pois jaunes.

Le site conclut en disant que le phénomène de l’ubérisation pourrait contribuer à la « restructuration de certaines filières agricoles pour pouvoir fournir ces entreprises, par exemple en protéines de pois ou en micro-algues », des acteurs provenant pour la plupart de Silicon Valley.

Source: Wikiagri.fr

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires