Beauté, on a un trou pour partir!

Paul Caplette-blogue69

La dernière pluie a fait tomber le stress. Probablement trop tard pour nos pois verts, mais juste à temps pour toutes les autres cultures. Soulagé que mes marges bénéficiaires soient protégées pour 66% de notre récolte, j’en ai profité pour faire fondre la paperasse du bureau en plus de signer les confirmations de mes contrats de ventes de maïs et de soya. Le fractionnement d’azote est terminé, les fongicides du blé aussi.

Je fais une grande tournée de champs comme s’il fallait que je vérifie si tout est bien sous contrôle avant de partir. Blé en remplissage, pas de présence de maladies. Quelques champs de maïs où la population n’est pas uniformément semée. Un problème de blé volontaire dans un champ de soya qui ne semble pas vouloir disparaître même après le traitement herbicide recommandé. Patience Paul! Après quelques observations, mon agronome me confirme que ses heures sont comptées. À mon retour, il devrait changer de couleur et peut-être que notre soya aura enfin passé par-dessus les tiges de maïs.

Reste mauvaises herbes, ok, intercalaires, ok, plan de commercialisation, ok. Frérot reste sur place pour tenir la ferme. On prend soin de faire une dernière promenade avec Maki. Fanny va s’en occuper pendant notre absence. Ah! oui, faut pas oublier Oréo dans la maison et s’occuper de nos chasseurs de souris.

Bon, ok, on part! On est sur la route et ma blonde me dit : « Hey! regarde en avant pas dans le champ! » Oups !

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Commentaires