Marché des grains : le blé chute

La céréale recule de plusieurs sous la pression des stocks

Une surabondance de blé sur le marché mais aussi un dollar américain fort ont fait reculé le cours du blé à son  niveau le plus en quatre mois. Le blé de printemps a même atteint un creux de dix ans pour les mêmes raisons. Les contrats à terme du MGEX ont atteint 4,7750 $US le boisseau, le plus bas depuis octobre 2009. La récolte de 2019 pourrait atteindre un niveau record dans plusieurs États américains.

Entretemps, l’incertitude demeure quant aux relations commerciales entre la Chine et les États-Unis. L’administration américaine a annoncé de nouveaux tarifs sur des biens provenant de Chine. Certains analystes ne voient pas maintenant de règlement au conflit avant les prochaines élections présidentielles en novembre 2021.

Articles connexes

La météo a aussi influencé les cours. Le beau temps a permis aux cultures de soya et de maïs d’améliorer leurs conditions alors que le blé a reculé un peu. Les yeux se tournent toutefois sur les prévisions météo qui prévoient du temps plus frais pour la première semaine de septembre. Un gel précoce à ce temps-ci de l’année serait catastrophique en raison du retard dans la maturation des cultures, handicapées par les semis tardifs de cette année.

Le contrat de maïs le plus actif, soit celui de décembre a augmenté de 2 cents, ou 0,54% par rapport à la semaine précédente, pour clôturer vendredi à 3,66975 $US le boisseau. Le soya pour novembre a augmenté de 12,5 cents, soit 1,46%, pour s’établir à 8,69 $US le boisseau. Le blé pour décembre a baissé de 15,25 cents, soit 3,19%, pour clôturer à 4,625 $US le boisseau.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires