Nouvelle référence pour évaluer les stocks

Agri-stocks est un tout nouveau produit et, déjà, le milieu financier le reconnaît comme la référence financière en matière d’évaluation des stocks en agriculture.

Appelé à commenter ce nouveau produit, le président de la Société de financement agricole du Québec, M. Marc Dion, a fait ressortir la pertinence de ce nouvel outil de travail destiné aux personnes qui produisent ou utilisent, à des fins d’analyse, les états financiers des producteurs agricoles. « D’une année à l’autre, on remarque de grandes fluctuations dans les états financiers d’une même entreprise. L’absence de références et de rigueur dans la méthodologie d’évaluation des stocks entraîne une perte de temps considérable pour les professionnels du milieu agricole, qui doivent ajuster les inventaires afin d’offrir une analyse financière juste à leurs clients. En permettant de pallier cette situation, Agri-stocks devrait donc s’avérer très utile pour l’ensemble du milieu agricole », a mentionné M. Dion. Ce constat met en lumière une problématique importante pour le secteur agricole, à savoir que des stocks mal évalués peuvent impliquer des ajustements considérables dans le bénéfice net et l’actif d’une ferme.

Comme l’a souligné le président du Groupe GÉAGRI, M. Robert Verge : « Étant donné notre expertise en concertation, il était naturel pour nous de s’attaquer à cette problématique. Notre comité de références économiques en agriculture (CRÉAQ), déjà reconnu pour son information économique et financière, a donc été saisi du dossier. » Les principaux acteurs du milieu agricole se sont alors concertés pour mener à bien ce projet. La Société de financement agricole du Québec, la Société du crédit agricole, l’Union des producteurs agricoles, le Mouvement Desjardins, la Régie des assurances agricoles du Québec et la Fédération des syndicats de gestion agricole ont amorcé le travail en établissant les premiers jalons d’une méthodologie commune. Dans un deuxième temps, le savoir-faire de la Coopérative fédérée de Québec dans la production porcine a été mis à profit, tout comme l’expertise de la firme Raymond Chabot Grant Thornton. Tous ensemble, ils ont ainsi bâti une référence comptable unique autour d’une méthodologie reconnue par le secteur agricole.

Pour sa part, le président de la Fédération des syndicats de gestion agricole, M. Claude Guimond, est catégorique : « Une référence unique servira les productrices et les producteurs agricoles. En suggérant une méthodologie rigoureuse et une référence comptable unique, nous diminuerons les risques reliés au financement à court comme à long terme. La situation présentée dans les états financiers étant plus juste, les conseils des personnes-ressources ainsi que les décisions qui en découlent seront meilleurs. »

Moins de distorsion dans les données financières entre les fermes rendra donc plus cohérentes les comparaisons qui sont essentielles à toute analyse financière. « À long terme, ce sont toutes les décisions financières du secteur agricole qui gagneront en cohérence », de conclure M. Verge, président du Groupe GÉAGRI.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ)

http://www.regroupement.qc.ca/

Coopérative Fédérée de Québec

http://www.coopfed.qc.ca/

Desjardins

http://www.desjardins.com

Fédération des syndicats de gestion agricole du Québec

http://www.fsgaq.com/

Financement agricole Canada (FAC)

http://www.fcc-sca.ca/

La Financière agricole du Québec

http://www.financiereagricole.qc.ca

Raymond Chabot Grant Thornton

http://www.rcgt.com/

Régie des assurances agricoles du Québec

http://www.raaq.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/




Commentaires