Agri-Futures Nova Scotia marque une étape dans l’adaptation du secteur agricole provincial

Kentville (Nouvelle-Écosse), le 31 août 2000 – L’organisme Agri-Futures Nova Scotia a versé des fonds pour la réalisation de deux projets locaux ce qui lui a ainsi permis de franchir la marque des 1,75 million de dollars pour le financement de projets visant l’amélioration de la compétitivité à long terme du secteur agricole provincial.







Entre 1997 et 2003, le gouvernement canadien aura versé jusqu’à 4,2 millions de dollars à Agri-Futures Nova Scotia pour le lancement de projets admissibles dans les domaines de la commercialisation, du développement rural, du perfectionnement des ressources humaines et de l’environnement.


Agri-Futures Nova Scotia, le conseil d’adaptation piloté par le secteur, est chargé d’administrer le Fonds canadien d’adaptation et de développement rural (FCADR), un programme du gouvernement du Canada.

Le président d’Agri-Futures Nova Scotia, M. Charles Keddy, a remis les chèques au cours d’une journée médiatisée portant sur quatre projets qui ont été lancés dans la région de Kentville et qui ont bénéficié d’un financement total de 139 000 dollars dans le cadre du FCADR.

Les projets, qui figurent parmi plus d’une centaine qui ont été soutenus financièrement par le conseil depuis 1997, incluent des analyses destinées à accroître la qualité des pommes de terre de transformation entreposées; un programme de surveillance pour combattre la pyrale du maïs qui a dévasté le secteur provincial du haricot de transformation en 1998; un système d’indexage destiné à aider les producteurs de pommes à déterminer le meilleur moment pour la récolte; un verger expérimental servant à évaluer le rendement d’arbres plantés plus rapprochés les uns des autres.

« Je suis ravi de constater comment Agri-Futures Nova Scotia gère les fonds du FCADR, souligne le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief. Grâce à ce programme, ceux qui ont été confrontés à des difficultés dans leur secteur joignent leurs forces pour trouver des solutions concrètes grâce à la recherche, à la commercialisation et à l’adoption de pratiques nouvelles et innovatrices. »

Ainsi, le projet d’entreposage des pommes de terre est le fruit d’une concertation entre les producteurs, Hostess Frito-Lay, Agri-Futures Nova Scotia et le ministère de l’Agriculture et de la Commercialisation de la Nouvelle-Écosse.

Entre 1997 et 2003, le gouvernement canadien aura versé jusqu’à 4,2 millions de dollars à Agri-Futures Nova Scotia pour le lancement de projets admissibles dans les domaines de la commercialisation, du développement rural, du perfectionnement des ressources humaines et de l’environnement.

« Agri-Futures Nova Scotia a reçu un large éventail de propositions de projets échafaudés par divers organismes, a déclaré M. Keddy. Au cours de l’année écoulée, nous avons appuyé notamment la conduite d’une étude visant à évaluer les besoins en eau et la disponibilité de cette ressource dans la vallée d’Annapolis, la tenue d’une conférence sur les organismes génétiquement modifiés, la prestation d’un cours de médecine vétérinaire à l’intention des éleveurs de porcs et la mise au point d’une technique de fluorescence chlorophyllienne qui vise à contrôler la qualité des pommes entreposées. Un autre projet portera sur les nouveaux débouchés qui s’offrent aux horticulteurs du Cap-Breton. »

Créé lors du dépôt du Budget fédéral de 1995, le FCADR est une initiative dotée d’un budget annuel de 60 millions de dollars et qui vise à donner au secteur agroalimentaire canadien les outils nécessaires pour s’adapter à une économie mondiale en constante évolution.

Des conseils d’adaptation pilotés par le secteur, comme Agri-Futures Nova Scotia , ont été créés dans chaque province et territoire avec pour mandat d’administrer le FCADR selon les priorités du secteur en matière d’adaptation.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires