Chirac s’oppose à une réforme de la PAC et défend les éleveurs

Caen (France), 6 avril 2001 – Jacques Chirac s’est une nouvelle fois opposé vendredi à une réforme de la politique agricole commune (PAC) avant l’échéance de 2006 et a appelé à la solidarité avec des éleveurs dans la détresse, apportant son soutien à l’appel lancé devant la FNSEA par Luc Guyau.

La deuxième et dernière journée de la visite présidentielle dans le Calvados a été consacrée au monde agricole, avec une table ronde sur l’agriculture de qualité à Cambremer, et à la culture, avec la visite du chantier de l’Abbaye d’Ardenne, près de Caen, qui accueille les archives de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC).

La veille, la visite à Caen de Jacques Chirac avait été perturbée par la présence d’une dizaine de militants d’AC! (Agir ensemble contre le chômage) qui l’avaient accueilli aux cris de « Chirac en prison », « réduisez la fracture sociale ».

A la Grange aux Dîmes de Cambremer, en plein Pays d’Auge, Jacques Chirac s’est une nouvelle fois penché sur la « situation de détresse extrême » des éleveurs, « accablés » par les crises de la vache folle et de la fièvre aphteuse.

Ancien ministre de l’Agriculture, toujours très populaire dans le monde paysan, Jacques Chirac a répondu à l’appel à la solidarité lancé mercredi par Luc Guyau, qui quitte la présidence de la la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) pour prendre la tête de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA).

Luc Guyau a appelé « l’ensemble des décideurs politiques » et syndicaux à « faire front commun pour soutenir les éleveurs et leurs partenaires économiques », durement éprouvés par les crises.

Cet appel « est celui du bon sens », a dit Jacques Chirac. « Lorsqu’il y a le feu dans la maison, chacun doit apporter sa part d’effort, chacun doit prendre le seau, aller chercher l’eau et tenter d’éteindre le feu », a-t-il ajouté. « Nous devons être solidaires dans la difficulté ».

« Un vrai piège pour la France »

L’appel de Luc Guyau avait été jugé « pathétique » par le porte-parole de la Confédération paysanne José Bové. Mais le Premier ministre Lionel Jospin a fait savoir qu’il recevrait « bientôt les représentants de l’ensemble des forces syndicales et professionnelles représentatives de l’agriculture » pour envisager l’avenir de l’élevage.

A Cambremer, le responsable local de la Confédération paysanne a réclamé une réforme de la PAC pour la réorienter vers une agriculture de qualité, moins productiviste. Jacques Chirac lui a répondu qu’une réforme avant l’échéance prévue de 2006 serait « un vrai piège pour la France ».

« Ceux qui la demandent, parmi nos partenaires, ne la demandent pas pour des raisons agricoles. Ce qu’ils veulent, c’est diminuer les crédits affectés par l’Europe à l’agriculture », a-t-il expliqué en ajoutant qu’il s’efforçait de faire admettre ce point de vue par le chancelier Gerhard Schroeder qui réclame une diminution du budget agricole.

« Nous aussi, nous avons apporté notre contribution dans la corbeille de la mariée européenne », a dit Jacques Chirac.

Devant des professionnels très inquiets, le président de la République a affirmé sa confiance dans l’avenir de l’agriculture française, en invoquant l’essor de la démographie, la nécessité de lutter contre la famine et l’exigence croissante de qualité.

Face aux Etats-Unis qui cherchent à « déstabiliser l’agriculture européenne » afin de « tenter de garder pour eux le pouvoir vert », il convient de ne pas « s’auto-flageller », a-t-il dit, en rendant hommage à la capacité d’adaptation du monde paysan et à ses efforts pour la qualité, « la grande caractéristique de l’agriculture française ».

Avant de quitter le Calvados, Jacques Chirac a effectué une visite éclair de l’Abbaye d’Ardenne, en compagnie notamment de l’éditeur Christian Bourgois, son ami de promotion à Sciences Po, de l’écrivain Alain Robbe-Grillet et du poète vietnamien Nguyen Chi Thien, emprisonné par le régime communiste pendant 27 ans et qui vit aujourd’hui à Saint-Lô (Manche).

Source : AFP

Commentaires