Ligne de temps

Chrysomèle résistante au maïs Bt

PHOTO : Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario

Des chercheurs de l’Iowa State University, aux États-Unis, ont documenté les premiers cas de chrysomèle des racines de l’Ouest affichant une résistance à la toxine Cry3Bb1, telle que présente dans des hybrides des maïs Bt.

Ces chrysomèles résistantes ont été trouvées dans des champs de l’Iowa où les producteurs avaient rapporté d’importants dommages. La résistance au trait Bt a été confirmée en laboratoire.

Dans chacun des cas rapportés et confirmés, les producteurs ont indiqué avoir semé du maïs Bt pendant trois années consécutives ou plus à l’endroit où s’est développée la résistance.

Comme le rapporte Farm Industry News, la communauté scientifique ne s’étonne pas de cette découverte. Selon l’entomologiste Christian Krupke, de l’Université Purdue, le fait qu’il était déjà facile de sélectionner des chrysomèles résistantes au maïs Bt en laboratoire laissait ententre que tôt ou tard, la résistance se développerait en plein champ.

La vaste majorité du maïs semé aux États-Unis est composée de variétés Bt et la toxine Cry2Bb1 est celle qu’on retrouve le plus souvent dans ces variétés.

La résistance de la chrysomèle au maïs Bt doit maintenant être prise au sérieux, puis qu’elle a été découverte dans plusieurs champs, séparés géographiquement. Par contre, dans ces champs, c’est moins de la moitié de la population de chrysomèles qui s’est avérée résistante.

Au Québec l’espèce la plus courante est la chrysomèle du Nord qui est de couleur verte.

Lisez les résultats de recherche du chercheur Aaron Gassmann et ses collègues de l’Iowa State University (en anglais).

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires