Crise de l’ESB : une réaffectation des fonds fédéraux qui va dans le bon sens

Longueuil (Québec), 29 juin 2005 – « Les producteurs de bovins du Québec se réjouissent de l’annonce faite par le gouvernement fédéral qui permettra au gouvernement du Québec de respecter l’entente tripartite survenue le 2 décembre dernier entre les producteurs de bovins de réforme, le MAPAQ et l’abattoir Colbex-Levinoff. »

C’est en ces termes que réagissaient MM. Michel Dessureault, président dela Fédération des producteurs de bovins du Québec, Pierre Lampron, membre ducomité exécutif de la Fédération des producteurs de lait du Québec et LaurentPellerin, président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), réunis lorsd’un point de presse en compagnie du ministre de l’Agriculture et del’Agroalimentaire, M. Andy Mitchell et du ministre de l’Agriculture, desPêcheries et de l’Alimentation du Québec, M. Yvon Vallières.

« Grâce à cette réaffectation de fonds, le Québec bénéficiera des sommesnécessaires pour renflouer son Programme transitoire de compensation pour lesbovins de réforme et respecter ses engagements, a déclaré M. MichelDessureault, président de la Fédération des producteurs de bovins du Québec. »A cet égard, M. Dessureault a tenu à souligner le travail et l’appui constantdu ministre de l’Agriculture du Québec, M. Yvon Vallières.

M. Dessureault est également confiant que les modifications au Programmede réserve pour pertes sur prêts relatifs à l’abattage de ruminantspermettront enfin au gouvernement fédéral d’apporter une mise de fonds encapital pour assurer la viabilité à long terme des deux projets d’acquisitiond’abattoirs, menés par les producteurs de bovins du Québec, un premier dans lesecteur des bouvillons d’abattage avec l’abattoir Billette, et l’autre dans lesecteur des bovins de réforme, avec l’abattoir Colbex-Levinoff.

Pour sa part, M. Pierre Lampron a souligné la mise en place d’un nouveauprogramme qui donnera un coup de pouce aux associations d’éleveursspécialisées dans l’amélioration génétique des animaux reproducteurs pouraccroître les ventes à l’échelle internationale des bovins de race et dumatériel génétique canadiens à mesure que les marchés ouvriront leursfrontières.

De son côté, M. Laurent Pellerin, président de l’UPA, est heureux deconstater la souplesse que le ministre Mitchell apporte aux programmes pourleur permettre de maximiser leurs effets et répondre plus adéquatement auxparticularités des provinces. Le président de l’UPA a toutefois tenu àpréciser qu’avec la fermeture des frontières qui perdure depuis plus de 2 anset qui affecte encore 60 % du commerce des bovins et des autres ruminants, lesproducteurs continuent de subir encore d’énormes pertes à la ferme. « Avec leclimat d’incertitude qui entoure la levée de l’embargo, l’aide aux producteursest toujours nécessaire, que ce soit à travers des programmes d’aide directeou par des programmes de prêts sans intérêt », de déclarer M. Pellerin.

Rappelons que même en tenant compte des aides gouvernementalesconsenties, on évalue, au Québec seulement, les pertes des producteurs debovins de boucherie et de bovins laitiers à plus de 224 millions de dollars,une situation qui fragilise et menace la survie de nombreuses fermes dusecteur.

Affiliée à l’Union des producteurs agricoles, la Fédération desproducteurs de bovins du Québec regroupe 24 300 producteurs de boeufs et deveaux établis dans toutes les régions du Québec. Troisième plus importanteproduction animale au Québec, l’industrie bovine génère des ventes annuellesde plus de 600 millions de dollars et commercialise annuellement quelque800 000 bovins.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)
http://www.bovin.qc.ca/

Fédération des producteurs de lait du Québec
http://www.lait.org

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires