La plate-forme québécoise FieldApex veut révolutionner l’agriculture de précision

La plate-forme FieldApex veut aider les producteurs à répondre à cette question toute simple : est-ce que j’ai besoin de mettre de l’azote dans mon champ de maïs? La différence avec les autres solutions sur le marché, c’est que FieldApex dit pouvoir répondre en temps quasi-réel à la question tout en précisant l’endroit et la quantité nécessaire, en plus de pouvoir anticiper sous quelle forme l’azote sera le mieux absorbée dans le champ.

La société Effigis Géo-Solution a développé cet outil en perfectionnant son application SCAN lancée en 2014. L’algorithme a été revu et amélioré sous le nom de SCAN.AI, puisque celui-ci utilise l’intelligence artificielle pour analyser et traiter des masses de données. Il intègre aussi maintenant des modèles météos reliés aux phénomènes extrêmes, de plus en plus fréquents avec les changements climatiques.

Articles connexes

La plate-forme utilise également une imagerie satellite de haute-résolution, grâce à un partenariat avec Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC). Elle peut analyser la structure, l’humidité et la texture du sol, la croissance des champs et arriver ainsi à un diagnostic en combinant ces informations avec les banques de données des champs pour un avis personnalisé. Et puisque FieldApex collabore avec AAC, elle a aussi accès aux données historiques et aux prévisions de la météo. Un diagnostic pourra ainsi suggérer s’il est préférable d’administrer l’azote sous la forme d’urée ou en application liquide. Il faut souligner que l’Université de Sherbrooke collabore aussi à ce projet.

L’avantage sur le drone? « Le problème dans l’agriculture de précision, c’est qu’il y a beaucoup de données à traiter et que cela prend du temps. Avec le drone, il faut l’amener dans le champ, avoir quelqu’un de qualifié pour le manipuler, traiter l’information pour avoir ensuite la prescription. La plate-forme aide à diminuer le temps. L’algorithme traite toutes les données et donne un avis (…) On a voulu simplifier et préciser davantage le processus », déclare Nicos Keable-Vézina, agronome et directeur, agriculture de précision chez Effigis.

Idéalement, l’équipe agriculture d’Effigis aimerait d’ailleurs pouvoir interconnecter les stations météo locales afin d’affiner encore davantage ses prévisions grâce aux informations historiques qu’elles accumulent.

L’outil de Effigis sera disponible en mode de fertilisation à taux unique pour un champ, ou encore à taux variable à titre de projet pilote. Seuls les champs de maïs sont visés pour le moment mais d’autres cultures pourraient venir s’ajouter. Nicos Keable-Vézina mentionne que les cultures de pommes de terre et de blé pourraient s’ajouter dans le futur.

Bien que les producteurs puissent se procurer la plate-forme, Effigis compte plutôt fonctionner par le biais de distributeurs comptant des agronomes reconnus dans leurs rangs. Les producteurs pourront donc continuer à bénéficier de conseils dans un domaine « tout de même assez complexe », indique M.Keable-Vézina. « D’autres problématiques peuvent entrer en ligne de compte à la lecture des images satellites et l’analyse de la structure du sol. Ce pourrait être un problème de compaction, d’appauvrissement du sol, etc. L’avis d’un agronome est donc important et c’est pourquoi ont privilégie cette voie pour la distribution de FieldApex », explique l’agronome. Les prescriptions sont d’ailleurs adaptées en fonction de l’équipement utilisé pour aider à la calibration lors de l’épandage, soit en en mesures de un à deux mètres, même si les images satellites ont une précision de 30 cm.

La plate-forme est disponible pour le Québec et l’Ontario, mais il va sans dire qu’Effigis a les États-Unis et la Corn Belt dans sa mire. Deux chercheurs à l’Université du Nebraska sont déjà à l’œuvre pour adapter les algorithmes aux banques de données et à la réalité américaine.

La présente année servira d’ailleurs à peaufiner et roder la plate-forme qui sera présentée aux joueurs importants en agriculture de précision, que ce soit Monsanto ou John Deere. L’équipe d’Effigis espère s’interconnecter à d’autres plates-formes, ce qui permettrait d’avoir un accès à une clientèle déjà ciblée qui se verra offrir FieldApex parmi la palette des applications déjà disponibles par ces géants de l’agriculture.

Un lancement officiel de la plate-forme est prévu lors de la 14e Conférence internationale de l’agriculture de précision qui aura lieu à la fin juin à Montréal.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires