Investissement fédéral dans le réseau des oléagineux industriels

Thetford Mines (Québec), 29 août 2008 – L’honorable Christian Paradis, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, secrétaire d’État (Agriculture) et député de Mégantic-L’Érable, a annoncé l’octroi par le gouvernement du Canada d’un financement de trois millions de dollars au réseau des oléagineux industriels (ROI) dans le cadre du Programme d’innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA).

« Le gouvernement du Canada est déterminé à faire progresser la bioéconomie du pays tout en produisant des résultats concrets pour nos producteurs et en protégeant l’environnement, a déclaré le ministre Paradis. Cet important réseau de recherche et de développement contribuera à faire augmenter la valeur des oléagineux pour les agriculteurs canadiens et à faire progresser notre industrie des biocarburants. »

Le ROI permettra à un groupe d’experts de collaborer et de mettre en commun leurs idées et leur expertise dans le domaine de la biologie des oléagineux. La société Linnaeus Plant Sciences Inc., de Vancouver en Colombie-Britannique, recevra 2,556 millions de dollars sur le financement total de trois millions annoncé pour administrer le réseau et financer des activités de recherche non gouvernementales.

Le réseau mettra au point un nouveau type d’oléagineux qui sera utilisé uniquement pour la production de substituts du pétrole, dans une diversité d’applications, comme les additifs pour carburant utilisés pour la machinerie lourde et le remorquage marin, les fluides hydrauliques d’origine biologique ainsi que les huiles d’origine biologique utilisées dans le domaine de la construction, du transport municipal par autobus et de la pêche au homard.

« Les cultures d’oléagineux peuvent contribuer à offrir des solutions de rechange basées sur les produits biologiques à une gamme variée de produits pétroliers, a souligné M. Jack Grushcow, président de Linnaeus Plant Sciences Inc. et chef de projet pour le réseau des oléagineux industriels du PIBA. Le réseau des oléagineux industriels transformera les cultures d’oléagineux à usage non alimentaire du Canada et les fera évoluer d’une denrée de faible valeur à une matière première industrielle de grande valeur pouvant remplacer le pétrole dans une gamme variée d’applications. Nous apprécions grandement l’aide que le gouvernement fédéral nous apporte pour atteindre ces objectifs. »

Grâce à cette aide financière, l’entreprise OLEOTEK de Thetford-Mines, recevra un total de 235 000 dollars en tant que participant du réseau.

« La région de Thetford Mines a fait preuve de vision en misant sur le développement de la filière oléochimique, et je suis très heureux que notre gouvernement appuie une fois de plus cette démarche de diversification, a affirmé le ministre Paradis. OLEOTEK est un leader dans la région et ses compétences sont maintenant reconnues à l’échelle du pays. Cette réussite rayonne sur l’ensemble de la région. »

« OLEOTEK, est très heureuse de l’obtention de ce contrat de 235 000 dollars avec la société Linnaeus Plant Science de Vancouver, contrat réalisable grâce à la contribution du gouvernement du Canada, a indiqué M. François Dornier, président des centres collégiaux de transfert de technologie. Ce contrat permettra à OLEOTEK de collaborer avec une équipe pluridisciplinaire répartie dans l’ensemble du pays dans un objectif de développement durable. »

L’une des activités clés du ROI est d’aider à saisir des possibilités d’augmenter la valeur de la collectivité agricole. En plus d’accroître la valeur des oléagineux, plusieurs autres possibilités de développement économique pour l’économie rurale seront explorées. Parmi celles-ci, mentionnons des débouchés dans les activités de mélange, d’emballage et de distribution qui découleront de l’usage accru des produits d’origine biologique.

Réseau des oléagineux industriels (ROI)
Le réseau des oléagineux industriels (ROI) est administré par la société Linnaeus Plant Sciences Inc. de Vancouver qui met au point des plantes spéciales qui fournissent des huiles pouvant remplacer les huiles industrielles à base de pétrole. Ce nouveau réseau regroupera différents experts qui mettront en commun leur expertise dans des domaines complémentaires. Le réseau combinera la science établie de la tribologie (l’étude de la lubrification et de l’usure des matériaux), avec nos meilleurs chercheurs canadiens oeuvrant dans le domaine de la biologie des oléagineux. Ce groupe élaborera de nouveaux oléagineux dans le seul but de les substituer au pétrole dans une gamme variée d’applications :

OLEOTEK, l’un des centres collégiaux de transfert de technologie situé à Thetford-Mines (Québec), travaillera particulièrement à la synthèse chimique de diverses fractions de triacylglycérol (TAG) contenant des acides gras hydroxylés (AGH) pour l’élaboration d’huiles à base d’oléagineux convenant aux applications qui nécessitent l’usage de fluides industriels. Un groupe innovateur d’entrepreneurs des Premières nations de la bande Sechelt intégrera dans ses pratiques l’utilisation d’une gamme variée de substituts du pétrole fabriqués à partir d’oléagineux. Parmi ces produits, mentionnons des additifs pour carburant destinés à être utilisés dans la machinerie lourde et pour les activités de remorquage marin. On inclura également la mise à l’essai de fluides hydrauliques d’origine biologique pour réduire l’impact des fluides industriels toxiques utilisés actuellement dans la région sensible du détroit de Georgie.

La Toronto Community Housing (TCH), cinquième plus important propriétaire en Amérique du Nord, a amorcé un plan vert audacieux. Une partie de ce processus consistera à explorer comment les fluides d’origine biologique peuvent atténuer les répercussions du logement communautaire dans un environnement urbain. La TCH évaluera le comportement de fluides biodégradables, à base de végétaux, utilisés dans les ascenseurs de ses édifices. La société entreprendra également une évaluation de fluides dans le but d’explorer d’autres domaines où les produits pétroliers peuvent être remplacés par des produits d’origine végétale.

En Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick, un groupe encouragera l’utilisation d’huiles d’origine biologique dans l’industrie de la construction, le transport municipal par autobus et les flottilles de pêche au homard. La Saskatchewan Canola Development Commission fournira des données pour aider à mettre au point plusieurs initiatives conçues pour faire augmenter la valeur de la collectivité agricole. Entres autres, mentionnons des possibilités d’affaires dans les domaines des mélanges, de l’emballage et de la distribution qui découleront de l’usage accru de produits d’origine biologique. Parmi les autres possibilités, soulignons le recyclage de fluides usés biodégradables en d’autres produits utiles ainsi que le soutien des utilisateurs, y compris la gestion des flottes utilisant des produits biologiques.

Avec l’aide du PIBA d’AAC, le ROI mettra au point des huiles biodégradables renouvelables qui peuvent remplacer le pétrole comme biolubrifiants, polymères et additifs pour carburant pouvant accroître la valeur à l’acre des oléagineux tout en aidant à préserver l’environnement.

Programme d’innovation pour les bioproduits agricoles
Le Programme d’innovation pour les bioproduits agricoles (PIBA) vise à favoriser la recherche, le développement, le transfert de technologie et la commercialisation au Canada de bioproduits agricoles, y compris les biocarburants.

Le programme profitera aux agriculteurs en permettant d’acquérir de nouvelles connaissances en agriculture et de créer de nouvelles technologies, et en facilitant leur transfert vers ceux qui sont en mesure de commercialiser ces innovations dans l’intérêt des agriculteurs et d’autres intervenants de la bioéconomie du Canada.

Le programme appuiera l’établissement, le développement et l’opération des réseaux de recherche sur les bioproduits centrés sur :

  • La production de matières premières au moyen du développement de plates- formes culturales et de systèmes de culture appropriés pour la conversion en bioproduits;
  • La mise au point de technologies efficaces et efficientes pour la conversion de la biomasse;
  • La diversification des produits au moyen de technologies utiles à la production de bioproduits (p. ex. produits chimiques à usage industriel, biomatériaux et produits de santé).

Grâce au PIBA, chaque réseau de recherche sur les bioproduits pourrait recevoir jusqu’à 25 millions de dollars. Les membres des réseaux admissibles comprennent des universités, des entreprises et des sociétés du secteur privé, des ministères et organismes du gouvernement fédéral ainsi que d’autres organismes de recherche du secteur public.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires