La CCB défend les agriculteurs contre les attaques d’un député

Winnipeg (Manitoba), 22 novembre 2005 – Face aux critiques du député David Anderson, le président du conseil d’administration de la CCB a vigoureusement défendu les efforts mis en oeuvre pour protéger les agriculteurs.

« Aussi longtemps que le droit des agriculteurs de choisir leur système de mise en marché sera menacé, la CCB défendra ardemment ce droit en leur nom », a affirmé Ken Ritter, en allusion aux étapes prises pour engager une expertise externe afin de contrer les graves menaces qui pèsent sur le système de mise en marché du grain.

« Il est extrêmement important, en cette période cruciale, de présenter la position des agriculteurs des Prairies aussi clairement et vigoureusement que possible au gouvernement – peu importe son orientation politique ».

M. Ritter, qui exploite une ferme à Kindersley, en Saskatchewan, a soutenu que la crise financière qui frappe les agriculteurs est déjà sombre et qu’elle sera exacerbée si les garanties gouvernementales sur les acomptes à la livraison et les emprunts sont monnayés dans le cadre des négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Si le pouvoir de mise en marché par comptoir unique était également compromis, les revenus agricoles s’en ressentiraient encore davantage.

« Il y va de la rentabilité même des fermes. Le comptoir unique à lui seul représente des centaines de millions de dollars en recettes par année pour les agriculteurs, a-t-il ajouté. Si nous devons engager les services d’un avocat-conseil externe pour nous aider à livrer d’importants messages aux décideurs d’Ottawa, nous le ferons. »

Évidemment, nous préférerions nous passer de ces menaces et ne pas avoir à consacrer de ressources pour les écarter, mais nous continuerons d’accomplir la tâche que les agriculteurs s’attendent à nous voir accomplir, et nous ferons preuve de parcimonie dans notre approche.

Les activités de défense de la CCB ont directement trait à la mise en marché du blé du blé dur et de l’orge et portent sur des aspects comme le commerce, le transport et la mise en circulation potentielle des céréales transgéniques.

Contrôlée par les agriculteurs de l’Ouest canadien, la CCB est la plus importante agence de commercialisation de blé et d’orge dans le monde. L’un des principaux exportateurs du Canada, la CCB dont le siège est à Winnipeg vend du grain dans plus de 70 pays et distribue l’intégralité du produit des ventes, moins les frais d’exploitation, aux agriculteurs des Prairies.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/

Commentaires