La chaîne Loblaw a réalisé un bénéfice net de 728 millions $ en 2002

Toronto (Ontario), 7 février 2003 &#150 Les Compagnies Loblaw limitée a connu une autre année réussie en 2002 en réalisant un bénéfice net de base par action de 2,64 $, soit une hausse de 29 % par rapport à 2,04 $, l’an passé. Compte tenu de l’ajustement pour la cessation des charges au titre des écarts d’acquisition en 2002, le bénéficenet de base par action a augmenté de 44 cents, soit de 20 %. Le bénéfice netde base par action au quatrième trimestre s’est accru de 22 %, passant de 79cents l’an passé à 96 cents et a augmenté de 17 % ou de 14 cents, compte nontenu des charges au titre des écarts d’acquisition.

Le chiffre d’affaires du quatrième trimestre a augmenté de 7,5 % ou392 millions de dollars pour s’établir à 5,6 milliards de dollars. Pour toutl’exercice, le chiffre d’affaires s’élève à 23,1 milliards de dollars, soitune augmentation de 7,4 % par rapport à l’exercice précédent. Une bonnecroissance du chiffre d’affaires s’est manifestée pour toutes les bannièresd’un bout à l’autre du pays. L’intensification de notre programme de bas prixau Québec continue d’augmenter les volumes dans cette région. Le chiffred’affaires des magasins comparables à l’échelle nationale s’est accru de 5,0 %au quatrième trimestre et de 4,6 % pour l’exercice à jour. L’inflation du prixdes aliments est demeurée faible, avec de légères augmentations au quatrièmetrimestre.

Au cours du quatrième trimestre, 26 nouveaux magasins détenus par lasociété et magasins franchisés ont été ouverts (18 en 2001), augmentant ainsila superficie nette de vente au détail de 2,6 %. Pour tout l’exercice 2002, untotal de 75 nouveaux magasins détenus par la société et magasins franchisésont été ouverts (61 en 2001), ce qui équivaut à une augmentation cumulative dela superficie nette de vente au détail d’environ 6,9 %.

Le bénéfice d’exploitation (le bénéfice avant intérêts, impôts et chargesau titre des écarts d’acquisition) du quatrième trimestre a augmenté de52 millions de dollars ou de 13,1 %, s’établissant à 449 millions de dollars.Il comprend une charge nette de 2 millions de dollars pour les rémunérationset autres paiements à base d’actions conformément à la nouvelle normecomptable canadienne mise en oeuvre en 2002, laquelle n’était pas comprise en2001. Le bénéfice a augmenté d’un bout à l’autre du pays. La marged’exploitation (le bénéfice d’exploitation divisé par le chiffre d’affaires)pour le quatrième trimestre s’est améliorée pour atteindre 8,0 % par rapport à7,6 % en 2001, alors que la marge BAIIA (le bénéfice d’exploitation avantl’amortissement, divisé par le chiffre d’affaires) s’est accrue, passant de9,0 % en 2001 à 9,5 %. Pour tout l’exercice, le bénéfice d’exploitation aaugmenté de 167 millions de dollars ou de 14,7 %, avec une marged’exploitation de 5,6 % comparativement à 5,3 % pour la période comparable en2001. Les marges d’exploitation continuent de s’accroître en raison d’unemeilleure gestion globale de l’assortiment de produits et de l’applicationcontinue de mesures visant à contrôler les coûts d’administration etl’efficience d’exploitation, plus particulièrement en matière de réduction despertes au détail et de la gestion de la main-d’oeuvre, tout en entraînant uneaugmentation du chiffre d’affaires.

Les intérêts débiteurs du quatrième trimestre ont augmenté de 12 %, sesituant à 38 millions de dollars et de 2 %, pour atteindre 161 millions dedollars pour l’exercice à jour, ce qui reflète une hausse des niveauxd’emprunt moyens nets, partiellement compensée par une baisse des tauxd’emprunt moyens nets. La couverture des intérêts (le bénéfice d’exploitationdivisé par les intérêts débiteurs) s’est améliorée, s’établissant à 11,8 foispour le quatrième trimestre, par rapport à 11,7 fois pour la périodecomparable en 2001 et a augmenté de 8,1 fois contre 7,2 fois pour l’exercice àjour. Le taux d’imposition effectif a diminué, passant à 36,3 % pourl’exercice à jour et à 35,5 % pour le quatrième trimestre de 2002,conformément aux réductions des taux d’imposition fédéral et provinciauxcanadiens et à l’incidence fiscale de la juste valeur des accordsd’instruments dérivés de capitaux propres.

La société maintient toujours une solide situation financière et uneforte capacité de générer des liquidités. Le ratio de la dette nette sur lescapitaux propres, soit 0,71:1 à la fin de l’exercice 2002, était plus fermeque celui de la période comparable de 2001 en raison de la croissance continuedes capitaux propres de la société. L’amélioration cyclique del’investissement du fonds de roulement dans les stocks, déduction faite descréditeurs, a entraîné une amélioration du ratio de la dette nette sur lescapitaux propres durant le quatrième trimestre par rapport aux trois premierstrimestres de l’exercice.

Au cours du quatrième trimestre, la société a procédé à la titrisation de60 millions de dollars de sommes à recevoir sur cartes de crédit, 244 millionsde dollars pour l’exercice à jour, ce qui a généré un gain minimal déterminéselon les mêmes hypothèses que celles divulguées dans le rapport annuel 2001de la société.

La société continue de respecter son engagement ferme de maintenir et derenouveler sa base d’actifs et d’investir en vue d’assurer sa croissance àl’échelle du Canada, comme en témoignent ses investissements de 373 millionsde dollars au cours du quatrième trimestre et de 1,1 milliard de dollars pourl’exercice à jour.

Les flux de trésorerie liés à l’exploitation pour 2002 se sont améliorés,passant à 981 millions de dollars par rapport à 818 millions de dollars en2001. Les flux de trésorerie liés à l’exploitation pour l’exercice à jour 2002ont augmenté en raison principalement de la croissance du BAIIA (le bénéficed’exploitation avant l’amortissement). Les flux de trésorerie liés àl’exploitation pour le quatrième trimestre de 2002 ont été légèrementinférieurs à ceux de 2001 en raison surtout d’investissements plus élevés dansle fonds de roulement hors caisse, plus particulièrement les stocks, déductionfaite des créditeurs partiellement compensés par une hausse du BAIIA. Au coursdu troisième trimestre, les lignes de crédit consenties par plusieurs banquesà la société ont été augmentées pour atteindre 845 millions de dollars. Lebillet en fourchette AB 6,20 % de 10 millions de dollars de la société venaità échéance au cours du quatrième trimestre de 2002 et ses débentures série8, 10 % de 61 millions de dollars ont été remboursées au cours du deuxièmetrimestre. Pendant le premier trimestre de 2002, la société a émis200 millions de dollars de billets à moyen terme, 6,85 %, échéant en 2032.

Postérieurement à la fin de l’exercice 2002, la société, en vertu durégime actuel d’options d’achat d’actions, a octroyé 2 367 746 options d’achatd’actions, qui prévoient le règlement en actions ou en plus-value des actionsen espèces au gré de l’employé, au prix de levée de 53,60 $ l’action.

Au premier trimestre de 2002, la société a mis en oeuvre deux nouvellesnormes comptables canadiennes, soit le chapitre 3870 intitulé « Rémunérationset autres paiements à base d’actions » et le chapitre 3062 intitulé « Ecartsd’acquisition et autres actifs incorporels » (voir la note 1 afférente auxétats financiers consolidés intermédiaires non vérifiés). L’effet cumulatif del’application du chapitre 3870 a été de réduire les bénéfices non répartis de25 millions de dollars (80 millions de dollars, déduction faite d’impôtsfuturs à récupérer de 23 millions de dollars et de l’incidence de la justevaleur des accords d’instruments dérivés de capitaux propres de 32 millions dedollars). Le bénéfice d’exploitation de 2002 comprend un coût de rémunérationde 14 millions de dollars (21 millions de dollars, déduction faite del’incidence de la juste valeur des accords d’instruments dérivés de capitauxpropres de 7 millions de dollars).

L’année 2002 s’est révélée une fois de plus excellente. Loblaw maintientune situation financière et des flux de trésorerie solides. Le programme dedépenses en immobilisations de 1,1 milliard de dollars à l’échelle du Canadanous a permis l’ajout de nouveaux magasins, la rénovation et l’agrandissementd’autres magasins ainsi que la poursuite des investissements dans notre réseaud’entreposage et de distribution. Les nouveaux magasins se portent bien etnotre part du secteur alimentaire continue sa croissance. Nos clients ont surépondre à nos initiatives de ventes d’un bout à l’autre du pays. Bien que lesconsommateurs nord-américains démontrent des signes d’anxiété, nous demeuronsconfiants que l’année 2003 connaîtra également une forte croissance.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Loblaws Companies Limited
http://www.loblaw.com/

Commentaires