La Coop fédérée affiche des résultats records

La Coop fédéré a dévoilé ses résultats financiers pour la dernière année lors de son assemblée générale annuelle qui se déroulait à Québec, et qui coïncide avec son 95e anniversaire de fondation.

Pour la dernière année financière, la coopérative a annoncé des ventes records de 6,3G$ pour l’exercice terminé le 29 octobre 2016. Il s’agit d’une 5e année de croissance consécutive. Elle a déclaré une ristourne de 55M$, soit 20M$ de plus qu’en 2015. Un dividende de 10,8M$ a aussi été annoncé aux membres de la filière porcine coopérative.

La filiale Olymel a pour sa part affiché ses meilleurs résultats en 25 ans. La coopérative a attribué ces chiffres « par le marché actuellement hautement favorable du porc frais Est et Ouest, qui a bénéficié du double effet de la forte demande du marché de la Chine et d’une forte hausse des prix sur le marché nord-américain ». Ses acquisitions dans l’abattage et la transformation ont aussi contribué à la hausse des revenus.

La division agricole a reculé pour 2016, comparativement à l’année précédente. Ce glissement serait dû à une vente d’actif réalisée en 2015. En excluant cet élément, les revenus de la division ont augmenté de 181M$. La croissance est liée aux acquisitions faites dans la dernière année. La Coop a aussi mentionné l’augmentation considérable des volumes de céréales l’an dernier.

Le Groupe BMR, acquis en 2015, a affiché des pertes pour 2015 en raison du contexte difficile sur le marché du détail. La division des machineries agricoles a vu ses ventes chuter de 24% en 2015-16. La Coop fédérée a rappelé que BMR était maintenant le plus important groupe de quincailleries de propriété québécoise depuis la vente de Rona et Réno Dépôt à l’américaine Lowes.

Ghislain Gervais, président de La Coop fédérée et en poste depuis un an, a réitéré sa confiance dans le plan quinquennal de la coopérative. Selon lui, la « Coop fédérée est aujourd’hui dans une situation idéale pour entamer sa prochaine phase de croissance, et ce, malgré l’omniprésence des défis liés au marché des commodités, incluant l’impact des traités internationaux ».

La Coop entend poursuivre sa croissance au niveau canadien en intégrant davantage ses activités du secteur de l’agrofourniture et de la transformation des viandes. Elle veut également développer davantage son secteur de ventes au détail dans l’Est canadien. La direction a aussi ajouté qu’une expansion par l’international était « inévitable », en misant sur le modèle de coopération avec des acteurs privés ou coopératifs.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires