La ministre Gauthier assiste à la Conférence internationale sur la chitine et le chitosane

Québec (Québec), 11 septembre 2003 – La ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Mme Françoise Gauthier, a été enchantée d’assumer la présidence d’honneur de la neuvième conférence internationale sur la chitine et le chitosane qui se tenait à Montréal, le 29 août dernier. C’était d’ailleurs la première fois que le Québec assumait la présidence d’honneur d’un tel événement.

La chitine représente une excellente façon de diversifier l’utilisation de la biomasse marine puisqu’elle touche autant le secteur des pêches que ceux de l’agriculture et de l’alimentation. Elle offre notamment une voie prometteuse pour le développement des pêches commerciales, qui fournissent la matière première de laquelle est extraite la chitine. « Le Québec s’intéresse depuis un moment déjà aux nouvelles formes d’utilisation de la biomasse marine à des fins autres qu’alimentaires. Nous souhaitons profiter pleinement de la croissance de ce secteur d’activité, estimée à près de 6 % par année jusqu’en 2007 », explique Mme Gauthier.

Pour ce faire, la ministre entend bien mettre à profit les ressources et le savoir qui se retrouvent dans les régions du Québec. « En effet, le gouvernement du Québec accorde beaucoup d’importance au potentiel qui réside dans chacune des régions au Québec. Or, nous voyons dans ces nouvelles possibilités de valorisation de nos ressources marines deux avantages certains : d’abord, amener en région des emplois spécialisés; ensuite, renforcer la vitalité de notre industrie », poursuit Mme Gauthier.

La province a la capacité de soutenir l’innovation technologique et le transfert des connaissances, des institutions vers les entreprises, et de réaliser des activités de recherche et de développement de technologies. « Le Québec a l’avantage de faciliter l’établissement de liens étroits entre les communautés de chercheurs, les organismes de développement et les promoteurs qui désirent se lancer dans l’exploitation de nouvelles technologies. Le gouvernement du Québec est fier d’ailleurs de soutenir l’émergence du Centre de recherche sur les biotechnologies marines actuellement en construction à Rimouski », conclut la ministre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires